Pour certains SDF, pouvoir dormir une nuit dans un abri de nuit est déjà un petit bonus. Mais leurs soucis ne s’arrêtent pas à la porte de l’abri. Nous avons rencontré Denis (prénom d’emprunt), 53 ans. Denis avait tout : famille, boulot, maison, etc. Puis un jour sa vie bascule. Divorce, perte d’emploi et comme unique solution la rue avec ses deux valises à roulettes qu’il traîne derrière lui. Parfois, il va dans les galeries commerciales pour s’abriter.

Discret de nature, il vit sa vie sans se plaindre. Sa seule richesse : quelques vêtements et de petits objets du quotidien. Tout cela se retrouve dans ces valises qu’il cache dans des buissons le temps de trouver un peu de vie sociale. À chaque fois, au retour dans ce coin de verdure qu’il squatte, c’est la hantise de voir ses fidèles compagnes de route volées ou emportées par un quidam.

"C’est tout ce qu’il me reste", dit-il avec dépit. La Ville ne pourrait-elle pas imaginer de placer une espèce de consigne pour ces SDF afin que ceux-ci puissent mettre en "sécurité" leurs maigres biens qu’ils traînent à longueur de journée ?

On a bien trouvé une solution onéreuse pour des boxes pour vélos qu’on a placé à certains endroits dans Tournai. Évidemment, l’installation de boxes pour les biens des SDF aurait moins d’impact auprès des électeurs pour les élus…

Le bourgmestre Paul-Olivier Delannois nous a cependant signalé que c’était en projet. "Un projet de boxes mis à disposition des sans-abri derrière l’église Saint-Piat existe. Le projet de casier suit son cours, la Ressourcerie de son côté se charge de la réalisation et le reste du réseau gère les aspects administratifs et urbanistiques (quid de la propriété des casiers, quid du permis pour les installer, quid de la gestion concrète de l’attribution…). Ce projet est en bonne voie et nous espérons qu’il aboutisse dès que possible vu les nombreuses demandes. Le SAIS gérerait l’aspect pratique, quelques points doivent encore être décidés (nom, assurances, propreté, communication…). J’avais préparé un dossier conseil depuis 2 mois mais il a finalement été retiré par l’administration qui estimait que ce passage n’était pas nécessaire."