Les riverains et les utilisateurs de la RN 50, reliant Tournai à Pecq, déplorent régulièrement le triste état de la route. Un état même qualifié de catastrophique par Ludivine Dedonder, députée fédérale. "Il est grand temps de réagir", affirmait-elle d'ailleurs dans un courrier envoyé aux instances wallonnes, gestionnaires du réseau.

Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a de son côté reconnu que la situation est bien connue du Service public de Wallonie. "Une commande a été passée dans le cadre des budgets PMS (pavement management system), pour un montant d'environ deux millions d'euros, et visera à renouveler le revêtement de cette portion de la RN 50 entre les bornes kilométriques 36 et 40. Ce dossier est en attente d'approbations à la Sofico."

Comme le révèle encore Elio Di Rupo, la trésorerie de la Sofico a été lourdement impactée par la crise sanitaire. Cependant, le gouvernement wallon a pris, en date du 9 juillet dernier, un certain nombre de mesures qui, combinées à celles prises le 22 avril dernier, garantissent des moyens d'action à la hauteur du Plan Mobilité et Infrastructures 2020-2026 "Ces mesures devraient permettre de débuter, prochainement, le chantier de la réfection du revêtement de la RN 50 entre Tournai et Pecq."