Après trois semaines de vacances prolongées, les élèves de maternelle, du primaire et du secondaire ont fait leur retour sur les bancs de l'école. Face au rebond de l'épidémie et notamment du variant Omicron, plusieurs mesures restent d'application jusqu'au 28 janvier au moins. Ainsi, au niveau de l'enseignement fondamental, le port du masque reste obligatoire dès la 1ère primaire. Une attention toute particulière est également mise sur la ventilation et l’installation de détecteurs de CO2. Nouveauté de cette rentrée: le testing. Effectivement, il a été conseillé aux parents d'effectuer des auto-tests réguliers (1 fois par semaine) à leurs enfants. Pour le monde de l'enseignement fondamental, le point positif est sans aucun doute le retour en présentiel.

"La rentrée s'est très bien passée", indique Cindy Decaluwé, directrice de l'école communale d'Oeudeghien et de Buissenal. "Il n'y a pas de gros changement par rapport aux enfants et l'équipe éducative est ravie de pouvoir poursuivre les cours en présentiel. C'est également une bonne nouvelle d'entendre que les sorties scolaires d’un jour sont à nouveau autorisées. A ce jour, on constate tout de même pas mal d'absents et plus précisément un ou deux dans chaque classe". La directrice de ces différentes implantations voit les choses positivement. "Chaque école a son propre vécu et a eu ses propres difficultés. En ce qui concerne Oeudeghien et Buissenal, ces établissements scolaires s'en sortent plutôt bien. Si tout le monde continue à respecter les règles à la lettre, il ne devrait pas avoir de complication à l'avenir".

Des élèves ravis 

Du côté du secondaire, la rentrée a également eu lieu 100% en présentiel avec le maintien des mesures de ventilation, du port du masque à l’intérieur pour le personnel ainsi que les élèves. Et enfin, l’invitation aux auto-tests, comme dans le fondamental. Pour l'Institut le Tremplin à Mouscron, cette rentrée est une bonne nouvelle. "Nous sommes contents de reprendre les cours en présentiel. Cela fait du bien aux élèves et aux professeurs qui avaient des difficultés avec l'enseignement hybride", indique le directeur de l'établissement scolaire. Face à quelques élèves déjà absents et des professeurs en quarantaine, cette école reste inquiète pour l'avenir surtout avec l'essor du variant Omicron. "Je suis soucieux de voir comment les choses vont évoluer mais le plus important est que les élèves bénéficient toujours des cours".