Alors que certains bars et restaurants vont pouvoir reprendre le travail le 8 mai prochain, la majorité de l’horeca tournaisien est en colère. “Les établissements possédant des terrasses sont inférieurs à 3 % à Tournai. C’est donc environ 97 % de l’horeca qui ne pourront pas rouvrir”, confie Robert Delvigne, président de Tournai Commerces.

Néanmoins, les bars et restaurants qui pourront rouvrir leurs portes doivent s’équiper. Les parasols ne seront évidemment pas suffisants lors des jours de pluie. Il faut également penser à se munir de chauffages extérieurs car le climat belge reste frais en cette période. Il y a également la question de la distanciation sociale. “Le nombre de clients en terrasse sera très limité car il faudra organiser des délimitations précises qui feront perdre beaucoup de place et donc, de tables.”

Des restaurants pénalisés

En ce qui concerne le reste de l’Horeca, condamné à rester fermé, c’est un véritable drame. “Cette situation est totalement ubuesque. Le gouvernement belge essaie de donner l’impression qu’il aide le secteur Horeca alors qu’il sert uniquement ses intérêts !”, déclare Robert Delvigne.

En effet, le président de Tournai Commerces accuse le gouvernement d’être débordé face à l’afflux de gens qui partent vers la mer du Nord et les Ardennes. Il pointe du doigt l’État belge qui, selon lui, fuit ses responsabilités et essaie de trouver de fausses solutions pour leur propre intérêt.

Les restaurants tournaisiens, n’ayant pas de terrasses mais organisent malgré tout des livraisons, vont également être victime de ces décisions.

En effet, ces établissements perdront une partie de leurs clients, qui préféreront se diriger vers les terrasses. “C’est tout simplement scandaleux, certains établissements ne tiendront pas le coup”, affirme encore Robert Delvigne.

Alors que de nombreux professionnels veulent résister et ouvrir le 1er mai, la situation semble toujours aussi tendue pour le secteur.