Avec l'évolution de nouveau croissante de l'épidémie Covid-19, de nouvelles mesures de plus en plus restrictives sont prises. Le milieu sportif, comme bien d'autres, n'est évidemment pas épargné. Vendredi, Tommy Leclercq, Gouverneur de la province de Hainaut, a par exemple pris la décision de fermer dès le lendemain les buvettes des infrastructures sportives.

Un nouveau coup dur pour les clubs sportifs pour qui la buvette constitue une rentrée d'argent essentielle. "Vu la situation sanitaire qui se dégrade, cette décision est logique, remet dans le contexte Rudi Lemoine, président du Royal Football Club de Tournai. Cependant, il ne faut pas se mentir, c'est pour nous, comme pour bien d'autres, une catastrophe. J'ai déjà reçu pas mal de coups de téléphone de responsables d'autres clubs qui estiment que cette saison sera difficilement viable."

Si le club de Tournai possède des installations qui lui permettent de faire respecter les mesures sanitaires, ce n'est malheureusement pas le cas partout. "Et c'est ce qui, à mon sens, explique cette décision. J'ai par exemple été à Binche le week-end dernier où la buvette est toute petite. Outre le port du masque, le respect des mesures sanitaires s'y avère compliqué..."

Ce lundi, l'Association des Clubs Francophones de Football (ACFF) devrait par ailleurs annoncer la suspension de tous ses championnats. "Les compétitions devraient effectivement être bloquées jusqu'au 8 novembre, date où la décision du Gouverneur concernant la fermeture des buvettes prendra fin si la situation ne s'est pas aggravée. J'espère qu'à la reprise, nous pourrons rouvrir notre buvette. En attendant, si les championnats sont en effet suspendus, il faudra également recevoir les parents qui vont nous réclamer des compensations par rapport aux cotisations. Cette année sera compliquée, encore plus que la dernière..."

D'autant plus que durant cette période d'arrêt, Tournai devait recevoir le voisin athois pour le derby, un des moments forts de la saison. "Ce match est effectivement programmé le 7 novembre. J'avais déjà pris contact avec le bourgmestre afin de pouvoir accueillir plus de 400 personnes. On attend maintenant la décision de l'ACFF..."

Espérons en tout cas pour nos clubs que la situation ne s'aggrave pas. "Au niveau de la buvette, on se retrouve avec un stock qu'il faudra gérer jusqu'à la reprise du championnat. Et si la situation se dégradait encore ? Et si on ne reprenait finalement pas avant le mois de janvier ? Cela sera encore une perte d'argent supplémentaire que le club devra assumer..."