Mardi soir, les pompiers s’étaient déployés en nombre sur le site de la sucrerie de Fontenoy. “Vers 19 h 20, un incendie s’est déclaré dans un dispositif de séchage des pulpes de betteraves"(ce qui reste après l’extraction du sucre et de l’eau en vue de la production de “ pellets ”, NDLR.), explique, ce mercredi, Brieuc Vandeleene, porte-parole d’Iscal. "L’alerte a été donnée, et très rapidement les pompiers ont pu intervenir sur place. Le feu a vite été maîtrisé, mais il a fallu plus de temps pour refroidir les matières combustibles, les “ pellets ”, et pour les évacuer, tout en s’assurant qu’il n’y avait pas de risque de reprise du feu.” Les pompiers d’Antoing et de Tournai sont restés sur place jusqu’à minuit.

Si la source de l’incendie se situe dans ces “ pellets ”, produits issus du séchage et utilisés comme alimentation pour les bovins, la cause de la surchauffe de l’installation reste indéterminée. “Dans l’attente des analyses en cours, la sécherie n’a pas été remise en route, ce mercredi. Mais fort heureusement, les dégâts dans ce bâtiment de séchage, isolé du reste de l’usine, sont très limités ; les machines sont conçues pour pouvoir résister à de fortes chaleurs.”

Quant aux unités de production, elles avaient déjà pu reprendre, mardi soir vers 22 h 40. “L’usine a été mise à l’arrêt à 19 h 40 par mesure de sécurité", ajoute Brieuc Vandeleene. "Seules les livraisons de betteraves ont pu se poursuivre, avant que tout ne soit relancé trois heures plus tard. L’impact sur la production a donc été relativement faible…”

Actuellement, la sucrerie de Fontenoy fonctionne à plein régime, 24 h sur 24, la campagne betteravière battant son plein. “La sucrerie de Fontenoy a une capacité de transformation de 12 000 tonnes de betteraves par jour, et d’1,2 million de tonnes de betteraves par an.”, rappelle le porte-parole d’Iscal.