Tournai-Ath-Mouscron Les délégués CNE actifs dans le secteur de l'aide familiale en Hainaut, ainsi que les représentants Setca du non-marchand, venus de Namur, ont rejoint le piquet de grève, ce jeudi.

32e jour de grève au domaine de Taintignies, ce jeudi.
Le torchon continue de brûler entre la direction et les syndicats. Ceux-ci se rejettent la balle en vertu de la qualité de vie des résidents.
Les syndicats font grève pour dénoncer les dysfonctionnements à la tête de l'institut, qui héberge des personnes souffrant d'un handicap, ainsi que la qualité de vie de ces derniers.
La direction a répondu que ce sont justement la grève et les blocages orchestrés par les grévistes qui mettent les résidents en danger.

Les syndicats confirment leur position : "notre mandat est clair, nous voulons l'écartement définitif du management actuel, et l'installation d'un manager de crise pour remettre l'institution sur les bons rails", soutient Catherine Boël, secrétaire régionale du Setca Wapi.
CNE et Setca s'étaient par ailleurs rendus, fin de semaine dernière, au cabinet de la ministre de l'action sociale et de la santé, Alda Greoli (CDH), afin de dénoncer la situation.
Ils ont présenté un dossier conséquent afin d'appuyer leurs revendications.

© F.V.

Les syndicats se sont finalement retrouvés déçus de voir que la ministre n'a pas pu intervenir comme ils l'espéraient.
L'AViQ, l'Agence pour une vie de qualité, a opéré plusieurs contrôles, mais ceux-ci n'ont pas confirmé les inquiétudes des syndicats.
La grève ne semble pas prête de trouver une issue.