Enseignante de formation, Marie, originaire de Thimougies, s'est lancée dans la rénovation de vieux meubles. Cette dernière a donc lancé les Petits Prénoms pour développer pleinement sa passion.  
 
"Je rachète des vieux meubles qui datent plus ou moins des années 60. Je sillonne toute la Belgique afin de m'en procurer. Je chine particulièrement dans les brocantes et j'en trouve également pas mal sur Internet. Je déniche aussi des perles grâce à des personnes que j'ai appris à connaître", déclare Marie Delbecke.
 
Depuis 2016, Marie est devenue indépendante complémentaire. La jeune femme souhaitait trouver une activité épanouissante à côté de son travail d'enseignante.
 
"Quand j'étais adolescente, j'adorais aller dans le grenier car je faisais de grandes découvertes. En vieillissant, j'aime toujours autant découvrir de nombreuses choses en me rendant notamment, dans les brocantes. J'ai également toujours apprécié décorer mon intérieur avec des meubles restaurés. En plus de mon travail, je voulais trouver une activité qui puisse m'apaiser. Je souhaitais trouver une sorte d'échappatoire".
 
Quelquefois, la restauratrice découvre des vieux meubles qui se trouvent dans un triste état. Cependant, Marie arrive à leur donner une seconde vie grâce à son talent et à son inspiration.
 
"Lorsque je vois un meuble, je me demande toujours comment je vais faire pour le récupérer et le rendre beau. Et finalement, je me laisse aller, c'est à chaque fois pour moi, un nouveau défi. Souvent, quand je vais chercher les meubles partout en Belgique, sur la route du retour, je réfléchis déjà à ce que je vais pouvoir faire et comment je vais pouvoir les restaurer. Les meubles des années 60 sont très tendances en ce moment. Les personnes veulent revenir aux sources et à une mode scandinave", ajoute la passionnée. 
    
  Un prénom pour chaque meuble 
 
 Avant que les meubles trouvent leurs nouveaux acquéreurs, Marie leur donne un prénom. Pour elle, il était important que le meuble possède une âme.
  
"J'essaie de donner à chaque meuble, le prénom de l'ancien propriétaire. C'est dans le but de donner une histoire et une âme au meuble", conclut Marie Delbecke.