Ce mardi, trois prévenus étaient sur le banc des accusés au sein du tribunal correctionnel de Tournai. Deux hommes et une femme sont ainsi soupçonnés d'avoir séquestré le jeune Célestin. Ce denier était domicilié, chez la patronne d'un café en face de l'Institut Saint-Luc à Tournai. Même si elle l'avait pris sous son aile, cette dernière ne pouvait vraisemblablement plus supporter le fait qu'il ne faisait aucun effort pour changer d'adresse et trouver un logement.

Face à ce ras-le-bol et à la suspicion de vol d'un ustensile de cuisine, Medhi, le compagnon de la patronne a ainsi orchestré le kidnapping de Célestin. Le 23 juin 2019, alors que le jeune se promenait sur le trottoir de la rue de l’Hôpital Notre-Dame, Medhi le rue de coups avant de l'embarquer dans sa camionnette. Se prenant pour un vrai justicier, il emmènera Célestin le long de l'Escaut en le menaçant de le jeter au fond de l'eau. Après ces menaces, le jeune homme sera séquestré tout au long de la nuit dans une cave au Quai du marché aux poissons.

L'objectif pour les deux hommes en charge de cette terrible histoire, était de faire comprendre à Célestin son attitude... malgré que ce dernier niait les faits de vol. Quant à la patronne du café, émue lors de l'audience, elle voulait simplement que Célestin se prenne en charge seul. "Je suis désolée de tout ce qui s’est passé. Célestin était un homme fragile. Je veux reprendre une vie normale".

Une descente punitive

Célestin, qui a mis fin à ses jours quelques mois après les faits, a subi selon le représentant du ministère public, une descente punitive dont le but était de faire peur. C'est grâce à des images de caméras de surveillance, que la police est parvenue à identifier les bourreaux du jeune garçon. Pour la partie civile, cette histoire est digne d'un polar et a ainsi réclamé 3 000 euros de dommage moral. Pour ces faits gravissimes, Medhi risque un an de prison. Ces deux acolytes, 6 mois. C'est à la fin de l'audience que Medhi a changé sa version des faits et a par la même occasion, avoué. "J'ai bien orchestré toute cette histoire et je le regrette". Le jugement sera prononcé en janvier 2022.