Cindy et son compagnon vivaient sans aucun doute une relation assez toxique dans le passé. Effectivement, ils passaient beaucoup de leur temps libre à boire des boissons alcoolisées et se disputaient fréquemment. Il est vrai qu'en 2018, le couple battait sauvagement de l'aile et leur relation était assez tendue. En mai de cette même année, le compagnon de Cindy, nommé Patrice, s'est rendu à son domicile sous l'effet de l'alcool mais ce dernier ne s'attendait pas à être violemment agressé par la femme qui était censée l'aimer. 

"Lorsqu'il s'est présenté chez moi, il a mis son pied entre la porte. J'ai donc porté un coup à l'aide d'un éplucheur de pommes de terre. A l'heure actuelle, c'est toujours mon compagnon et je regrette fortement mon geste"
, déclare Cindy devant la barre du tribunal correctionnel de Tournai.

Heureusement, son compagnon a évité le pire même si les blessures ont entraîné une incapacité de travail de quatre mois. Le représentant du ministère public a demandé de tenir compte de la gravité des faits et des conséquences qui auraient pu être beaucoup plus graves. En l'absence d'antécédent judiciaire, ce dernier requiert une suspension simple du prononcé. 

L'avocate de la prévenue a également avancé la violence des faits mais demande de prendre en considération, la situation du couple à cette époque et les aveux de sa cliente.

"Il est évident que nous sommes dans un contexte d'alcool. Les deux personnes étaient en couple mais vivaient séparément. Cela faisait un petit temps que la relation ne fonctionnait plus et ma cliente souhaitait d'ailleurs, y mettre un terme. Cindy est une ancienne femme battue, ce qui peut expliquer son geste ce jour-là. En 2019, elle a entamé une formation pour développer l'estime de soi ainsi que des cours de français et de mathématiques. Elle a trois enfants dont deux d'entre eux sont majeurs. Aujourd'hui, elle envisage de commencer une formation en vente. Je sollicite donc à titre principal une suspension simple du prononcé et à titre subsidiaire une peine de travail."

Le jugement sera prononcé le 17 juin.