Récemment, Jean devait comparaître devant le tribunal correctionnel de Tournai pour rébellion. Le 18 août 2019, lors d'un contrôle de la police vers 3h du matin, le prévenu a refusé de s'arrêter car il avait consommé de l'alcool et voulait éviter des représailles.  

"Je reconnais bien évidemment les faits. Toutefois, j'ai paniqué et j'ai eu peur des conséquences", déclare Jean devant la barre. 
 
Durant cette soirée, Jean a été retrouvé avec 2 grammes d'alcool dans le sang. Deux policiers ont d'ailleurs sorti leur arme de service à la vue du véhicule qui leur fonçait dessus. Pour l'avocate de la partie civile, par un tel comportement, les policiers auraient pu être tués. Cette dernière a donc sollicité un dommage moral de 250 euros.
 
Quant au représentant du ministère public, même si le prévenu ne possède pas d'antécédent, il requiert une peine d'un an d'emprisonnement.
 
"Il arrive à tout le monde de regretter des choses immédiatement. Et c'est notamment le cas de mon client. Quand Jean a vu ce contrôle de la police, il a filé par peur et a été interpellé un peu plus tard dans la nuit. Bien entendu, c'est un acte dangereux mais depuis lors, il n'a plus fait parler de lui. C'est pourquoi, je sollicite à titre principal une suspension simple du prononcé et à titre subsidiaire une peine de travail", indique l'avocat du prévenu.  
 
Le jugement sera prononcé le 6 septembre.