Au sein du tribunal correctionnel de Tournai, Grégory devait s'expliquer pour des faits de violence à l'égard de son ex-compagne. Le 14 octobre 2019, le prévenu aurait en effet porté des coups sur Amélie (prénom d'emprunt). Même discours que lors de son audition, Grégory a nié les faits. "Je ne m'en suis jamais pris à Amélie, elle a juste pété un plomb".

Toutefois, la victime n'a pas tenu les mêmes propos devant la barre. "Le jour des faits, il s'était rendu à la police pour être auditionné concernant déjà des faits de violences intrafamiliales", a précisé Amélie. Lorsque la juge a interrogé le prévenu sur son état d'esprit lors de cette 1ère audition, ce dernier a expliqué que "ce n'était pas cool d'être accusé alors qu'il était innocent". "Quand je suis revenue chez moi, j'ai trouvé Grégory très énervé en compagnie d'un ami. Ils étaient tous les deux sous l'influence de l'alcool". Les deux amis avaient par ailleurs, consommé un litre de bière à eux deux.

"Je ne suis pas un bagarreur"

La colère et l'alcool ne faisant pas bon ménage, le prévenu a commencé à insulter et à tirer les cheveux de la victime dans les escaliers. "Après avoir reçu une gifle, j'ai relevé la tête et il m'a donné un coup de tête. A l'aide de son ami, ils ont même renversé de la bière sur le sol pour effacer les traces de sang". En entendant le témoignage d'Amélie, le prévenu a continué à contester les faits. "Je ne sais pas comment elle a pu être blessée au visage, je ne suis pas un bagarreur". 

Victime de nombreuses blessures au visage et notamment à l'arcade, Amélie, représentée par son conseil, a sollicité un dommage moral de 500 euros. Le dossier est mis en continuation à la date du 8 mars afin d'auditionner les deux parties sur certains messages échangés.