Tournai-Ath-Mouscron Un collectif citoyen manifestera pacifiquement ce jeudi à 17 heures.

Ils se prénomment Kevin, Yvan et Tony. Et sont à l’origine d’une initiative citoyenne et militante.

"Cette fois-ci, c’est la bonne ! Notre équipe fixe rendez-vous à tous ceux qui se sentent concernés par la lutte contre la pauvreté, demain à 17 heures, au départ du parc Crombez, en face de la gare" claironne Kevin Martens, en battant le rappel des troupes.

"L’administration communale nous avait demandé de postposer notre manifestation pacifique, initialement prévue le 22 juin, car la police ne pouvait alors assurer notre sécurité, en raison de la fête de la Musique" rappelle, avec un brin d’irritation dans le propos, Yvan Boulant.

"Mais le bourgmestre nous a aussitôt proposé une nouvelle date, au 17 octobre. Car ce jeudi, c’est la Journée mondiale du refus de la misère. Bien plus qu’un symbole pour nous tous."

Quatre mois plus tard , les marcheurs sont prêts à se faire entendre et à porter leurs revendications aux autorités politiques de la ville.

"En Belgique, le seuil de pauvreté est fixé à 1 115 euros par mois. Un revenu dont peu de gens, dans mon entourage, bénéficient" constate Tony Roupin, le jardinier de la solidarité.

L’initiative citoyenne, qui a germé dans l’esprit de l’animateur du réseau social de "Solidarités Tournai", doit désormais trouver écho parmi ses 17 000 membres.

"C’est indispensable de mobiliser du monde pour battre le pavé. Et j’espère que demain à 17 heures, les 250 internautes qui ont fait part de leur intention de marcher avec nous tiendront leur engagement" ajoute Kevin.

À leurs côtés, les trois organisateurs peuvent compter sur l’appui de l’ASBL Droit au Logement, ainsi que sur le soutien du relais social et de la maison d’accueil de l’Étape. Leur marche revendicative est encadrée par la police de Tournai qui a balisé l’itinéraire, ainsi que par les bénévoles de la Croix-Rouge.

"Le bourgmestre sera présent, au départ, pour recevoir notre livre de revendications, rédigé grâce aux contributions et aux réflexions des internautes" ajoute Yvan Boulant.

Le cortège fera étape sur la grand-place afin de permettre aux citoyens de s’exprimer une nouvelle fois. Avant de rejoindre l’hôtel de ville, où les marcheurs espèrent trouver écho à leurs doléances en faveur de la lutte contre la pauvreté.