Détenu à la prison de Tournai pour des faits de moeurs, Thomas (prénom d'emprunt) ne semble pas avoir pris conscience de ses agissements intolérables à l'égard d'une petite fille à peine âgée de 10 ans. Et pour cause, il se retrouvait de nouveau devant le tribunal correctionnel de Tournai ce mardi après-midi, pour des faits de harcèlement. Condamné à 8 ans de prison, le prévenu a continué à adresser des courriers, des messages et des mails à sa jeune victime ainsi qu'à ses parents.

"Je voulais faire plaisir à l'enfant"

"On fait du foin pour pas-grand-chose. Après ma condamnation, je n'ai adressé qu'un seul courrier aux victimes". Le prévenu a tenté de justifier son geste en mentionnnant les mauvaises conditions au sein de l'établissement pénitentiaire. Il faut savoir que les conditions de détention à la prison de Tournai sont déplorables, j'ai même pitié des détenus. L'année dernière, je me sentais excessivement mal au sein de la prison. Bien évidemment, je n'ai aucune excuse concernant mon attitude. Mon intention était de faire plaisir à l'enfant ainsi qu'à moi-même". Des déclarations qui ont sans aucun doute interpellé la partie civile et le juge.

Dossier en continuation

Pour les parents, cette histoire est un véritable calvaire. "Le prévenu continue à se faire plaisir en voulant approcher les victimes, ce n'est pas tolérable". Le 26 avril 2020, enfermé entre quatre murs de la prison, Thomas a pris l'initiative d'envoyer un abonnement pour l'anniversaire de sa victime. Pour la partie civile, les attitudes du prévenu doivent cesser au plus vite. Afin d'éclairer le tribunal correctionnel de Tournai sur certains messages envoyés par le prévenu, le dossier est mis en continuation à la date du 1er mars.