C'est une histoire assez sordide qui a été relatée récemment, au tribunal correctionnel de Tournai. Emma (prénom d'emprunt) cohabitait avec son compagnon et consommait tous les deux des stupéfiants. Leur relation a toujours été tumultueuse et toxique. Malgré les coups portés et les violences à son égard, Emma est toujours restée avec le jeune homme. Au mois d'avril 2019, leur histoire a complétement dégénéré. Un jour, une nouvelle dispute a éclaté au sein du couple. Emma est alors partie à la pharmacie afin de se procurer un médicament pour se calmer. En revenant chez elle, la jeune femme et son compagnon Baptiste (prénom d'emprunt) se sont de nouveau disputés. C'est alors, que la prévenue s'est emparée d'un couteau avec une lame de huit centimètres et a donné un coup au niveau de la gorge de Baptiste. 

"Je ne conteste pas avoir donné ce coup de couteau. Cependant, je ne sais pas vous dire pourquoi le coup a été porté au niveau de la gorge. Il y a eu des discussions huileuses, des violences et des coups. Il a menacé de tuer ma fille à mon retour de la pharmacie. A l'époque, j'avais toujours un couteau sur moi mais j'ai un trou noir par rapport à l'événement. Je ne me souviens pas avoir commis ce geste. Quand j'ai vu qu'il était blessé, je l'ai conduit à l'hôpital", déclare Emma.  

De la violence au sein du couple

Baptiste, également présent devant la barre pour coups à l'égard de sa femme, n'a pas hésité à témoigner et a relater les faits. "Peut-être qu'elle m'a donné ce coup car elle se sentait en danger de mort. Je ne me souviens pas avoir menacé sa fille mais ce n'est pas impossible. En ce qui concerne les coups, je reconnais avoir frappé Emma la veille de l'événement. Le jour en question, j'ai porté des coups lorsqu'elle s'est enfuie après avoir tenté de me trancher la gorge. J'ai compris la gravité des choses et lorsque j'ai eu ce coup de couteau, je me suis rendu compte que ce n'était pas bien de frapper une femme", précise Baptiste.

Emma possède des antécédents pour détention de stupéfiants quant à son compagnon, il s'est déjà retrouvé devant la justice pour coups et blessures. Selon les dires de l'avocat de la prévenue, cette dernière n'est pas violente et dangereuse pour la société. Aujourd'hui, elle reprend sa vie en main et a emménagé seule afin de s'éloigner de son compagnon. L'avocat demande un sursis simple ou une suspension probatoire à condition qu'Emma ne consomme plus de stupéfiants, qu'elle poursuive un suivi médical et qu'elle fasse les démarches nécessaires afin de trouver un emploi. 

Le représentant du ministère public requiert pour la jeune femme 37 mois d'emprisonnement et 24 mois pour Baptiste. Le jugement sera prononcé le 25 mars.