La sixième chambre correctionnelle du tribunal du Hainaut, division de Tournai, a prononcé une peine de 37 mois de prison, assortie d'un sursis probatoire de cinq ans, contre un Courtraisien âgé de 57 ans poursuivi pour des faits de mœurs commis à l'égard d'une jeune Bretonne âgée de treize ans, dont il avait fait la connaissance sur internet via le chat d'un jeu vidéo.

À la fin du mois de juillet 2018, le prévenu s'était rendu à Concarneau pour rencontrer la jeune fille avec laquelle il avait eu des échanges sur internet. Lors d'une conversation, la jeune fille s'était filmée en train de se masturber. Selon le tribunal, la ruse ou la menace ne sont pas établies. Il s'agit donc d'un attentat à la pudeur sans violence ni menace.

Le tribunal n'a pas retenu la prévention de viol commise sur le territoire français estimant qu'il existait un doute.

Dans son réquisitoire, le ministère public avait requis une peine de dix ans de prison, assortie d'une mise à disposition du tribunal d'application des peines d'une durée de huit ans.

Le ministère public avait ainsi encore expliqué que l'affaire a été dévoilée au grand jour suite à la dénonciation du quinquagénaire par sa propre fille. "Cette dernière a expliqué que lorsque son père trouve une femme charmante, il peut aller jusqu'à la harceler. Il a également avoué qu'il souhaitait épouser la jeune fille !"

Lors de sa détention préventive, l'homme n'a d'ailleurs cessé de clamer qu'il était en prison à cause de l'amour. "Concernant son âge, le prévenu l'a caché volontairement à la jeune fille. Il apparaissait à la caméra masqué avec un bandana rouge et il a assuré avoir 36 ans. Il utilisait de plus un logiciel afin d'enregistrer les conversations vidéos qu'il avait avec la victime."

Le tribunal a donc prononcé une peine de 37 mois avec sursis et une amende de 4 000 €. Il a estimé que le prévenu ne souffrait d'aucun trouble mental au moment des faits.