Miguel se trouvait devant la barre du tribunal pour expliquer les faits qu'il a commis en octobre 2018. En effet, on reproche au prévenu d'avoir porté des coups à l'égard de sa compagne et de s'être rebellé lors de son arrestation. 

"Je reconnais les différentes préventions. J'étais dans un état second, j'avais bu", déclare Miguel. 
 
Lorsque les policiers sont arrivés au domicile de Miguel, ceux-ci ont découvert la victime avec la joue rouge et enflée. A la vue des agents, le prévenu a refusé de les laisser entrer et s'est montré assez violent à leur égard. Une fois à l'intérieur du véhicule de police, il a tenté de casser une vitre et a insulté les policiers. 
 
Miguel ne possède pas d'antécédent judiciaire. Le représentant du ministère public espère que cet événement lui servira de leçon et requiert donc une suspension. 
 
"Je m'excuse auprès des agents et de ma compagne", conclut Miguel devant la barre.  
 
Le jugement sera prononcé le 17 juin.