Théo (prénom d'emprunt) devait se justifier récemment devant la barre, à propos des faits qu'il a commis entre 2016 et 2018. En effet, durant cette période, le prévenu a volé 613 paquets de billets à gratter soit, une valeur de 83.600 euros, dans une librairie de Tournai. Théo se présentait quotidiennement dans cette librairie. Il avait établi une relation amicale avec les gérants et une relation de confiance s'était installée. Ces derniers l'invitaient fréquemment au restaurant et Théo n'hésitait pas à rendre des services. La librairie était devenue sa deuxième maison. Sauf, que celui-ci cachait bien son jeu et n'a pas hésité à les trahir.

Effectivement, durant deux ans, en se rendant quotidiennement à la librairie de ses amis, il volait de nombreux paquets de billets à gratter. Il en mettait majoritairement dans ses poches mais également, dans son caleçon. Cependant, les libraires ne se rendaient compte de rien. Après plusieurs remarques de leur comptable, la petite librairie se serrait la ceinture et vivait une période compliquée. C'est tout de même le comptable, qui leur a mis la puce à l'oreille lors d'un nouveau rendez-vous en 2018. Voyant que la situation ne s'améliorait pas, le comptable s'est alors douté que quelqu'un volait au sein de leur établissement.

Après avoir surveillé minutieusement les paquets et après avoir visionné les vidéos de surveillance, il n'y avait plus de doute. Le prévenu se servait de paquets de billets à gratter, dans la pièce où ceux-ci étaient stockés.  "J'ai gagné deux fois 5.000 euros. Mais, je regrette ce que j'ai fait. Ils étaient gentils avec moi, j'ai dérapé. Je n'ai rien contre ces personnes. Je ne peux pas revenir en arrière. C'est la pire erreur de ma vie", déclare le prévenu.  

Des gains utilisés pour payer des prostituées

Grâce à ses gains, qu'il allait récolter dans d'autres librairies de la région, Théo se procurait de nouveaux vêtements et payait fréquemment des prostituées. Durant cette période, le prévenu a acheté un véhicule d'occasion ainsi qu'un scooter. Cependant, selon lui, il s'est acheté cela à l'aide de l'argent qu'il gagnait lorsqu'il faisait des petits travaux. D'après la déclaration d'un témoin, Théo grattait un paquet entier dans sa voiture. Le témoin a été interpellé par ce comportement. Le prévenu demandait également au même témoin d'aller réceptionner ses gains en échange d'une Cara Pils. 

Théo ne possède pas d'antécédent. Le représentant du ministère public requiert donc, six mois d'emprisonnement. Pour l'avocat de la partie civile, il serait judicieux de demander 83.600 euros à titre de préjudice matériel ainsi que 3.000 euros à titre de préjudice moral. Pour l'avocat du prévenu, il est clair que Théo regrette son geste et a peur de finir en prison. Ce dernier demande une suspension du prononcé ou un sursis. Le jugement sera prononcé le 11 mars.