Le bourgmestre de Tournai, Paul-Olivier Delannois, a fait le point sur la fiscalité en vue du prochain exercice. Les taux ne bougeront pas.

"Pour l’IPP, on reste à 8,8%. Certains diront que nous sommes au maximum mais ce n’est pas vrai, on pourrait aller encore au-delà. Ce taux est inchangé depuis 2007. A propos du précompte immobilier, nous resterons à 2950 centimes additionnels, taux qui n’a pas bougé depuis 2015."

Pas de modification non plus concernant la taxe sur l’enlèvement des immondices. "Ce sera toujours 65€ pour les isolés et 110 € pour les ménages de 2 personnes et plus. La taxe sur l’hygiène publique demeure à 50 €. Nous devons toujours tenter de trouver l’équilibre pour atteindre le coût-vérité en matière de traitement des déchets et nous avons encore fait des efforts pour arriver aux environ des 100% imposés par le CRAC.Par ailleurs, sont exonérées de la taxe immondices les personnes qui disposent d'un RIS au 1er janvier, les personnes qui ont moins de 19 300 € pour un ménage ou 14 500 € pour un isolé de revenus imposables sur base des revenus 2018."

Une nouveauté, c’est le coup de pouce qui sera fourni aux commerçants qui sont impactés par les travaux dont la ville de Tournai est maîtresse d’ouvrage sur son domaine public et qui durent au moins un mois.

"Les commerces concernés sont les commerces de détail de jour, les établissements Horeca et d’autres services personnels comme blanchisseries, teintureries, coiffeurs et soins de santé. La mesure sera effective dès le 1er janvier. Les commerçants pourront prétendre à un forfait journalier de 25 € par jour d’ouverture avec un maximum de 6 jours par semaine. Le plafond annuel sera bloqué à 2000 €. Nous allons débloquer un budget de 275 000 € au total, en espérant ne pas devoir intervenir plus sous forme de modification budgétaire."

Quelles sont les conditions ? La mesure entrera en vigueur à partir du huitième jour d’inaccessibilité.

"Que faut-il entendre par inaccessibilité ? Soit parce que la voirie a dû être fermée dans un ou deux sens, soit parce qu’il n’est pas possible de se garer à moins de 100 mètres autour du commerce ou encore parce que l’accès pédestre n’est pas possible. S’il n’y a plus moyen d’accéder au commerce et que le commerce doit fermer, nous serons coopérants, en sachant qu’ils peuvent à ce niveau bénéficier d’une autre aide de la Région wallonne. Le collège pourra aussi déterminer au cas par cas si le commerce demandeur peut prétendre à l’aide."

Pour prétendre à ces aides justement, les commerçants devront être en ordre (horaires, TVA, ONSS, taxes communales...) et être actifs en tant que personne physique ou en société commerciale.

"Un formulaire en ligne sera accessible via le service patrimoine pour effectuer sa demande. Une réponse sera fournie dans les 90 jours maximum mais nous ferons tout pour répondre plus rapidement encore afin que chacun soit indemnisé au plus vite. Nous avions déjà eu cette idée avant le Covid et il a fallu un certain temps pour la mettre en œuvre."

Quels chantiers pourraient impacter les commerces ? Le chantier de la rue Royale est bien évidemment d’actualité. Le bourgmestre souligne aussi qu’il faudra à un moment se pencher sur la Grand-Place, notamment et surtout la partie dévolue au parking. "Mais nous n’allons pas mener non plus plusieurs gros chantiers en même temps qui rendraient la circulation infernale."