Ce mardi après-midi, Luc (prénom d'emprunt) se trouvait sur le banc des accusés au sein du tribunal correctionnel de Tournai. Ce dernier est effectivement soupçonné pour détention et vente de cannabis. En août 2018, Luc et son associé ont décidé de créer une SPRL à Tournai. Baptisé, CBD For you, ce commerce situé au coeur de la Cité des Cinq Clochers était donc spécialisé dans les produits à base de Cannabidiol. Le CBD étant une substance issue du chanvre qui ne contient aucune substance psychoactive (THC). Ce type de commerce est autorisé en Belgique à condition que le taux de THC soit impérativement inférieur ou égal à 0,2%. 
   
En recevant une commande de son fournisseur, Luc et son associé sont interpellés par l'odeur et l'aspect de cette dernière. "Nous avions aucune certitude sur le produit. C'est pour cette raison que nous attendions une analyse du laboratoire pour être certain que le produit soit conforme. Comme l'odeur ressemblait fortement à du cannabis, nous avons décidé de le goûter pour être fixés". Afin d'éviter tout problème, les deux individus ont donc décidé de mettre les produits à part, au sein de leur domicile pour leur consommation personnelle. 
  
Peu de temps après cet incident, un contrôle a été organisé au sein du commerce Tournaisien dans lequel plusieurs échantillons ont été prélevés. Une perquisition a également été effectuée aux domiciles de Luc et de son associé. Sur les lieux, les services de police ont retrouvé dans la remise de Luc 221 grammes de produits stupéfiants et 208 grammes dans la garde-robe de l'associé. Ces produits étaient dès lors qualifiés d'illicites puisque le taux de THC allait de 0,2 à 0,8 %. Selon le représentant du ministère public, aucun élément ne prouve que cette drogue était destinée à la vente. Effectivement, ni de balance de précision ni autres ustensiles ont été saisis sur place. Malgré que le prévenu soit déjà connu pour des faits de stupéfiants il y a 10 ans, ce dernier a précisé devant la barre "qu'il n'avait aucun contact avec le milieu de la drogue". Son avocat a ainsi sollicité l'acquittement ou la suspension simple du prononcé. Le jugement sera prononcé le 25 janvier.