Il va y avoir de l’animation ce dimanche au pied du beffroi de la cité des Cinq Clochers. Le Collectif tournaisien de lutte contre la pauvreté a invité une dizaine d’artistes graffeurs dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère que les Nations unies reconnaissent chaque année le 17 octobre depuis 1987. "C’est désormais une tradition du mois d’octobre à Tournai. Entre les Feuilles mortes et l’Eurométropole tour, La Pauvreté sous les bombes s’est installé dans le paysage automnal de la ville", souligne Maxime Dogot, permanent au Centre d’information et d’éducation populaire pour le Hainaut occidental. Ainsi, pour cette troisième édition, qui se tiendra de 10 h à 17 h, militants et graffeurs vont réaliser des fresques en live afin d’évoquer et de dénoncer la pauvreté à Tournai et de donner la parole à celles et ceux que la précarité touche au quotidien. "On retrouvera également lors de cette journée des concerts hip-hop avec le label des maisons de jeunes locales La Cimenterie, mais aussi des réflexions collectives sur la précarité menstruelle avec le Collectif BruZelle et sur les solutions à apporter pour une lutte efficace contre la pauvreté." Des murs d’expression ouverts à tous ainsi que la distribution du journal Toutes et Tous ensemble ! rédigé par un groupe de citoyens touchés par la précarité, Les Motivés du partage, sont encore prévus.

Plus d’info sur l’événement sur la page Facebook La Pauvreté sous les bombes #3.