Malgré la réouverture des terrasses le 8 mai, de nombreux professionnels de l'Horeca ne pourront pas encore ouvrir leurs portes. C'est le cas de Marine Leblanc, gérante du Check-in Bar, un bar à cocktails situé à la rue du Cygne à Tournai. Au sein de son établissement à la fois cosy et chaleureux, les clients peuvent habituellement profiter du patio pour siroter leurs verres. En règle générale, Marine peut donc accueillir quinze personnes dans cet espace intérieur à ciel ouvert. Mais avec les mesures sanitaires prises dernièrement, la gérante du bar à cocktails a préféré se rendre à l'évidence. 

"Je m'attendais à beaucoup de choses du Comité de Concertation de la semaine dernière et notamment une date de réouverture pour l'ensemble des services de l'Horeca. Pour ma part, j'ai préféré que mon établissement reste fermé. En effet, je possède un patio qui me permet en temps normal d'accueillir quinze personnes qui ont l'occasion de déguster durant 1h30. Mais en respectant la distanciation de 1m50, je ne peux installer que deux tables et donc ouvrir que pour quatre personnes. De plus, j'ai un treillis au-dessus du patio mais qui n'empêche pas la pluie de tomber et qui ne fait donc pas face aux intempéries. Pour moi, c'est très compliqué et ce n'est pas possible. Si j'avais eu un plus grand espace, je me serais renseignée davantage"
, déclare Marine, gérante du Check-in Bar. 

Solidarité entre professionnels 

Bien que cette réouverture des terrasses programmée au 8 mai semble énerver de nombreux gérants, Marine reste solidaire avec ses collègues du secteur de l'Horeca et n'hésitera à profiter d'un verre en terrasse.

"Il est évident que la plupart des établissements n'ont pas de terrasse. Bien entendu, j'envie les personnes qui ont une terrasse qui permet d'accueillir suffisamment de personnes mais, je les soutiens avant tout. Je leur souhaite tout le bonheur du monde. Je suis évidemment frustrée par cette décision car je ne m'y attendais pas. Il est vrai que depuis des mois, il n'a jamais été prouvé que les restaurants et les bars étaient une source de contamination. Nous sommes un peu le secteur sacrifié. En ce qui concerne la réouverture totale, je ne vois pas cela avant mi-juin. Avant, cela me paraît bien trop compliqué".

Depuis plusieurs mois, Marie a donc décidé de se recentrer sur la décoration du Check-in Bar. C'est pourquoi, de nombreux travaux sont en cours afin d'accueillir le mieux possible ses clients, à l'avenir. Et bien que son secteur soit sacrifié, la gérante ne semble pas en colère contre notre gouvernement même si selon elle, il devrait davantage écouter la population. 

"Cela fait environ trois mois que nous travaillons dans l'établissement pour aller au bout de notre concept. Nous avons voulu penser aux clients et de les accueillir de la meilleure des manières . En ce qui concerne le gouvernement, je n'ai aucun mépris. Cela doit être compliqué de prendre des décisions. Le plus difficile pour moi, c'est l'attente lors du Comité de Concertation. Dans toute cette crise sanitaire, ce qui me choque le plus c'est que la population n'a pas la possibilité de donner son avis. Lorsque nous votons, on nous demande notre avis et ici, ce n'est pas le cas. Alors qu'on soit enseignant, infirmier ou restaurateur, on a tous des choses à dire. Que ce soit professionnellement ou humainement, notre destin est entre les mains du gouvernement. Dans tous les cas, mon métier restera mon combat et un moyen de m'épanouir", conclut Marine Leblanc.