Le CHwapi est désormais plongé dans la troisième vague du COVID-19. En effet, ces derniers jours, les taux d'hospitalisation ont fortement augmenté. 

"Nous pouvons dire que nous sommes dans la troisième vague du virus même si elle est assez différente des deux premières", déclare Didier Delval, directeur général du Centre Hospitalier de Wallonie Picarde.

A l'heure actuelle, 82 % des collaborateurs se sont vaccinés contre le coronavirus mais les équipes doivent énormément s'adapter face à des patients qui demandent beaucoup de soins et d'énergie.

Des patients plus jeunes

"Malgré cette troisième vague, nous bénéficions d'un taux important de vaccination du personnel. Il y a également plus de six semaines que nous n'avons plus soigné de patients provenant des maisons de repos alors que précédemment, 15 % de nos patients venaient de ces établissements. Le fait qu'un bon nombre de personnes âgées de plus de 65 ans aient été vaccinées, nous aide davantage et les Tournaisiens semblent adhérer au vaccin. D'ailleurs, le centre de vaccination de Tournai semble bien fonctionner. C'est donc pour nous, très bénéfique. Ces dix derniers jours, nous observons une augmentation des patients atteints du COVID-19. D'ailleurs, la fréquentation a plus que doublé. Actuellement, vingt-neuf patients se trouvent dans l'unité Covid dont huit aux soins intensifs. Les profils sont différents des deux premières vagues. En effet, les patients sont des jeunes âgés entre 35 et 60 ans, relativement malades. L'avantage, c'est que leur état s'améliore plus rapidement que les personnes plus âgées. Cependant, nous devons tout de même nous battre très vite pour eux. Chaque jour, des personnes sortent de l'hôpital mais d'autres rentrent. Nous avons dû créer une autre unité pour ne pas être en saturation", précise Florence Hut, directrice médicale du CHWAPI.

Même si ces patients sont relativement jeunes, ils possèdent d'autres lourdes maladies que les équipes médicales doivent également soigner en plus de leurs symptômes liés au Covid-19.

"Nous avons beaucoup de patients qui ont d'autres maladies en plus du coronavirus. Ils ont donc besoin de beaucoup de soins et des traitements pointus. Tous les autres patients sont également pris en charge. Il n'y a pas que la Covid-19. Il ne faut donc pas avoir peur de venir à l'hôpital"
, conclut la directrice médicale.