Fin 2017, le Gouvernement wallon donnait mission à Ores de moderniser le réseau d’éclairage public, que cela soit au niveau des lampes que certains supports trop vétustes. Une modernisation nécessaire selon plusieurs points de vue.

Écologique dans un premier temps puisque grâce à ce programme d'Ores, appelé e-LUMIN, Tournai réduit d'année en année sa consommation d'électricité. "Pourtant, afin d’améliorer la visibilité et la sécurité à certains endroits importants, la commune a demandé l’ajout de soixante points lumineux sur les cinq dernières années, révèle l'échevine des Travaux, Laurence Barbaix. Il n’est évidemment pas question d’augmenter l’éclairage dans des zones peu fréquentées ou en rase campagne, Tournai tient aussi à garantir la survie des espèces nocturnes. Le remplacement par des LED diminue aussi fortement l’émission de CO2."

Puis économique puisque si ce relamping n'était pas en cours, les factures adressées à la Ville seraient d'un montant nettement supérieur. Sur le long terme, le LED nécessite beaucoup moins d'entretien et de remplacement de lampes. "Fin 2020, plus de 3 000 luminaires ont été remplacés sur l’entité tournaisienne. Il en reste à peu près 12 500 à changer. On atteindra presque 40% de renouvellement fin 2022."

Ces changements nécessitent évidemment des travaux sur la voirie et occasionnent donc quelques désagréments de circulation pour les automobilistes. "La commune en a pleinement conscience, tout comme le Service Public de Wallonie qui se charge du relamping sur ses routes, mais ces changements seront plus durables sur le long terme."

L'échevine des Travaux de la cité des Cinq Clochers explique que le SPW procède actuellement à des remplacements sur les chaussées de Mons et de Lille ainsi qu'au niveau de la Grand'Route. "Comme il s’agit de chantiers mobiles, j’invite donc tous les automobilistes à lever le pied à leurs niveaux, afin de garantir non seulement leur vie mais aussi et celles des ouvriers qui y travaillent."

© DR