Ce dimanche, en passant dans le centre historique de la cité des Cinq Clochers, il aura été difficile de passer à côté des artistes grapheurs œuvrant à mettre en lumière la précarité via différentes œuvres dans le cadre de La Pauvreté sous les Bombes.

La quatrième édition de cet événement, organisé par le Collectif de Lutte contre la Pauvreté à Tournai, s'est tenue dans un contexte spécial lié au Covid-19. Un virus qui a révélé et accentué des inégalités dont sont victimes les personnes touchées par la pauvreté.

"Les mesures de confinement ont provoqué une augmentation des dépenses en matière d’alimentation et produits de base, plongeant dans de grandes difficultés les personnes pour qui, en temps ordinaire, le frigo se vide déjà dangereusement le 15 du mois", explique le Collectif qui prévient contre l’insécurité alimentaire qui règne.

Comme l'explique encore le Collectif de Lutte contre la Pauvreté, le confinement n’a pas permis l’accessibilité à des soins de santé pour toutes et tous. La plupart des consultations ont été reporté et annulé laissant donc encore d’autres difficultés socio-sanitaires se dégrader.

"Des travailleurs aux contrats précaires se sont retrouvés privés d’activité et donc de salaire. Pour beaucoup d’entre eux, les allocations de chômage temporaire ou les allocations extraordinaires n’ont pas permis de garder un niveau de vie décent."

De nombreuses personnes se sont également vues privées d’accès à de nombreux services publics et à l’exercice de leurs droits de par l’interruption de l’accueil physique et humain de nombreuses structures. "Or, un nombre encore considérable de personnes, particulièrement parmi les plus pauvres n’ont ni accès à l’outil numérique ni à une connexion internet, et ne sont pas toujours en capacité de s’en servir de façon autonome. La fermeture des écoles et le suivi de travaux via des outils numériques ont eu également un impact sur le décrochage scolaire de nos jeunes et nos enfants. La fracture numérique s’agrandit de plus en plus depuis cette épidémie."

Plus localement, à Tournai, la situation reste problématique. "Des bâtiments insalubres sont fermés par la commune sans solution de relogement pour les habitants. Le Collectif souhaite rappeler l’obligation urgente qu’a la commune de Tournai de se doter de logement de transit et de prévoir un accompagnement social pour les personnes victimes de ces fermetures d’immeuble. De plus, il serait judicieux que la ville de Tournai intensifie son investissement dans le Housing First afin d’offrir de réelles perspectives de réinsertion sociale aux personnes sans-abris."

Pour le Collectif, il faut une action collective, politique et structurelle pour lutter contre la pauvreté. "S’il n’y avait pas de transferts sociaux, le taux de risque de pauvreté concernerait non pas 14,9% de la population, mais 43,1% ! Ceci démontre que la sécurité sociale est un premier barrage efficace contre certains risques pouvant engendrer la pauvreté. Certes, la sécurité sociale remplit également d’autres fonctions que de lutter contre la pauvreté, mais elle en constitue néanmoins un critère prioritaire d’évaluation pour l’efficacité de la protection sociale. Nous revendiquons donc un refinancement des secteurs publics dont la santé."

© DELFOSSE

© DELFOSSE

© DELFOSSE