Jean-François Coquerelle a installé une station météo dans son jardin.

Jean-François Coquerelle travaille à la Ville de Tournai, au district de Kain. Il est chauffeur de camions. L’hiver, et il arrive bientôt, Jean-François est de garde pour l’épandage du sel.

Un travail pour lequel il est important de connaître les conditions météorologiques à l’avance afin d’agir au mieux. Alors, il a décidé de s’y mettre : il propose même ses propres bulletins météo.

"Je suis passionné par les phénomènes météorologiques comme l’orage depuis que je suis tout petit", explique le Kainois de 33 ans. "J’ai voulu apprendre un peu mieux la météo sans me fier à la télévision. Je voulais avoir quelque chose de plus pointu, de plus précis pour la région. C’est notamment important pour mon travail, pour l’épandage du sel par exemple. Pour savoir s’il faut sortir le camion la nuit ou pas. Il faut aussi savoir qu’il y a une différence de deux degrés entre le haut du Mont-Saint-Aubert et Kain. J’ai donc voulu apprendre tout cela et je me suis dit que mes prévisions n’étaient finalement pas si mauvaises."

Jean-François a alors investi, en août dernier, dans une nouvelle station météo avec un pluviomètre, un anémomètre, un thermomètre et un hydromètre. Les données sont directement transférées sur son ordinateur. Il a même créé un site Internet (www.meteokain.be) et ouvert une page Facebook.

"Et chaque jour, je continue à approfondir mes connaissances. J’avais par exemple des difficultés au début à prévoir la brume et le brouillard mais j’ai obtenu les réponses à mes questions via des forums spécialisés", glisse Jean-François Coquerelle.

À partir de ses données personnelles et des différents modèles qu’il peut trouver sur la toile, l’amateur météo de Kain délivre ses bulletins pour Tournai et les communes qui l’entourent. Au travail, on lui demande ses prévisions des jours suivants pour savoir quand il faut ouvrir la voirie. Et bientôt, ses bulletins seront bien utiles pour l’épandage du sel. "Ca me fait plaisir que l’on demande mon avis. J’ai joint l’utile à l’agréable, et je vois que je ne fais pas cela pour rien."