C'est sur le groupe de citoyens Solidarités Tournai que Manon Cuvelier a adressé un message de détresse. La nuit passée, cette Tournaisienne de 53 ans a passé sa dernière nuit au chaud au sein d'un hôtel. Ce lundi soir, si rien ne s'offre à elle, elle devra donc dormir à la rue. A l'approche de l'hiver, Manon s'inquiète et souhaite par-dessus tout trouver de l'aide auprès de la population.

"Après avoir été victime d'un détournement de fonds, je me suis retrouvée SDF du jour au lendemain. Voilà maintenant six mois que je vis une situation problématique. En plus de cela, j'ai un état de santé assez fragile en étant atteinte d'un emphysème pulmonaire (une destruction du tissu pulmonaire) qui nécessite un traitement", déclare Manon Cuvelier.  

"Je ne veux pas retourner dans un abri de nuit"

Depuis donc six mois, Manon voyage d'hôtel en hôtel ou d'abris de nuit en abris de nuit. Toutefois, pour cette femme en pleine détresse, il n'est plus possible de vivre dans de telles conditions. "Je recherche de toute urgence un hébergement provisoire ou un logement qui pourra m'accueillir ainsi que mes deux chiens. Aujourd'hui, il est impératif pour moi de quitter l'hôtel, c'est un établissement dans lequel, il est impossible de continuer à vivre éternellement. Si je ne trouve rien avant ce lundi soir, je devrai dormir à la rue. Par ailleurs, il est impensable pour moi de retourner dans un abri de nuit. Les conditions sont déplorables et l'hygiène y est très douteuse".

Malgré de l'aide sollicitée auprès des autorités communales et du CPAS, Manon n'a reçu aucun retour positif. "Selon le CPAS, ils ne peuvent rien faire pour moi. On me signale qu'ils n'ont pas assez de fonds et qu'ils ne peuvent même pas me venir en aide pour les repas. A ce jour, je n'ai reçu aucun retour à la suite de ma publication sur le groupe de citoyens. Je suis honteuse et en colère de devoir subir une telle situation. Avec mon témoignage, j'espère sincèrement qu'une personne pourra me venir en aide afin que tout s'arrange pour moi", conclut Manon Cuvelier.