Depuis 1996, le Service P.O.S.E. (Prestation, Orientation, Suivi et Encadrement) existe et encadre de nombreux prestataires. Au fil des années, de plus en plus de personnes condamnées par le tribunal correctionnel de Tournai ou les services de police, sont encadrées afin de prester leur peine de travail pouvant aller de 80 à 120 heures. Généralement, 150 à 180 dossiers sont ouverts par an afin d'orienter et de suivre ce public. "Nous encadrons le plus souvent des personnes ayant commis des infractions de roulage, des faits de vol ou de violence ou encore pour de la consommation d'alcool ou de stupéfiants", déclare Marie Dubrunfaut, responsable du Service P.O.S.E.

En collaboration avec la Maison de Justice de Tournai, ce service permet d'encadrer les prestataires et d'éviter toute rupture sociale. "Nous voulons valoriser la personne et ce qu'elle peut apporter à la société. Ce que nous recherchons, c'est que ces heures de travail aient un sens et que cela évite les risques de récidive. Au fil des années, nous n'avons pas beaucoup de personnes qui repassent dans notre service. D'ailleurs, grâce à nos chiffres, la Ville de Tournai est souvent félicitée pour la réactivité et la gestion rapide des dossiers. Une autre mission est de toujours chercher de nouveaux partenaires car, nous souhaitons offrir plusieurs types de prestations".

Les lieux où peuvent travailler les personnes sont assez diversifiés. Le Service P.O.S.E est en partenariat avec des services ouvriers techniques, des services administratifs ou encore des services d'accueil. Au total, c'est un peu près 60 équipes qui collaborent avec le service de la Ville de Tournai. "Il faut que les lieux qui autorisent les prestataires soient soit, des institutions publiques soit, des ASBL. Nous avons une grande demande pour les lieux de week-end parce que, certaines personnes doivent déjà travailler durant la semaine", précise la responsable.

Le Service P.O.S.E travaille principalement avec Tournai centre, les villages du grand Tournai mais également avec les entités de Rumes, d'Antoing ou de Brunehaut. Il s'étend aussi pour les personnes qui résident dans les communes de Mont-de-L'Enclus et de Celles. "Tous les prestataires ne savent pas se déplacer, l'idée est donc de pouvoir les mettre dans de bonnes conditions afin qu'ils prestent leurs heures de travail".

Un suivi permanent

Tout au long de la prestation, un lien humain se crée entre les responsables du service et les prestataires afin que ceux-ci s'épanouissent pendant ces quelques heures de travail. "Sur le terrain, nous rencontrons la personne et nous voyons un peu avec elle, ses disponibilités, ou la façon dont elle se déplace. Nous évaluons bien entendu son parcours judiciaire et ensuite, nous l'orientons vers une des 60 équipes avec lesquelles nous travaillons. Cela se fait en collaboration avec la personne car nous souhaitons qu'elle soit motivée et qu'elle apporte un plus au sein des équipes pour lesquelles elle travaille. Nous ne mettons pas une personne dans une équipe pour ne plus se manifester par la suite. Nous sommes présents durant toute la prestation. Nous évaluons et définissons avec les équipes, les différentes tâches que doivent effectuer les prestataires", ajoute Marie Dubrunfaut

Pour l'instant, le Service P.O.S.E. fonctionne toujours de manière individuelle. Mais, ce système risque d'évoluer dans le temps. "Nous avons un autre projet qui est occupé de se monter et qui permettra d'accueillir les personnes de manière collective mais qui nous permettra également de proposer d'autres services", conclut la responsable du projet P.O.S.E.