En 2018, lors des élections communales, il y avait un "match dans le match" avec au sein du Parti Socialiste, la lutte pour le mayorat entre Rudy Demotte et Paul-Olivier Delannois. Ce dernier s'imposa, raflant la place de bourgmestre sans discussion possible. Rudy Demotte était relégué au sein rang de conseiller communal. Si un peu plus de 3.000 voix séparaient les deux hommes, six ans auparavant, la tendance s’était finalement inversée. Les Tournaisiens n’ont visiblement pas été insensibles au travail de terrain du Shérif en lui offrant l’écharpe mayorale. 

Paul-Olivier Delannois avait récolté 5.700 voix, soit 1.500 de plus que six ans plutôt. 

Derrière lui, Rudy Demotte comptabilisa 4.303 voix de préférence, soit 3.730 de moins que lors des élections communales d’octobre 2012. Un échec ! L'homme des Collines n'est jamais parvenu vraiment à s'imposer dans la Cité des Cinq Clochers. 

L'amertume se constata ensuite par ses absences au conseil communal (voir les liens ci-dessous), 7 sur 18 séances. Hier, selon nos confrères de Sud Presse, Rudy Demotte a remis sa démission au bourgmestre Delannois. Cela semble être la suite logique d'un chemin qui ne fut pas simple sur la piste socialiste tournaisienne. 

Les jeux de coudes et d'influence dans les coulisses de l'USC ont laissé des traces, notamment suite aux derniers événements liés à l'élection de sa présidence. 

Selon nos confrères, Rudy Demotte veut se consacrer à ses proches et à ses autres engagements. 

Reste à savoir s'il sera repris dans le casting gouvernemental. Mais là aussi, un autre nom tournaisien circule...sans aucune confirmation. 

Est-ce le début d'une fin de vie politique ?