Le bourgmestre tournaisien, Paul-Olivier Delannois, s'est montré clair, il ne fera pas de cadeau aux commerçants ne respectant pas les mesures sanitaires. Il a d'ailleurs déjà pu le prouver en faisant fermer l'un ou l'autre établissement récalcitrant.

Un nouveau commerçant, un night-shop situé le long de la rue Royale, s'est attiré les foudres du mayeur.

D'un premier rapport de police le concernant, il ressort ainsi que les policiers ont constaté que la porte du commerce était toujours ouverte le 29 août à 0h45 alors que ce type de commerce est censé fermer à 22h depuis le 25 juillet dernier. D'ailleurs, quelques minutes plus tard, une personne est entrée à l'intérieur avant d'en sortir avec deux canettes de bière. "Le gérant est sorti de son établissement et, à la vue des services de police, est rentré immédiatement avant de fermer le volet", signale les policiers dans leur rapport.

Quelques jours plus tard, le gérant du commerce en question a été entendu. Il a alors expliqué que, "s'il était ouvert tardivement, c'est parce que des personnes faisant partie de la famille étaient à l'intérieur du magasin lors du constat. La personne étant présente pour tenir le magasin le jour des faits avait consommé beaucoup d'alcool et ne s'est pas rendu compte de l'heure".

Des arguments qui ne tiennent pas selon la police qui a justement interpellé l'homme avec ses deux cannettes qui sortait de l'établissement lors de leur passage. Il avait avoué être un client.

Pour la police, il existe un risque certain. D'autant plus que la ville de Tournai compte de nombreuses écoles supérieures drainant une clientèle jeune et festive.

Face à ce constat, "et compte tenu du fait que l'exploitant se trouve en état de récidive, en dépit d'une mesure récente de fermeture de deux semaines de son établissement pour des faits similaires", il a été décidé de fermer cet établissement pour une période de trois semaines.