Malgré les restrictions sanitaires, la maison de jeunes continue de rester active. Après avoir retrouvé dans le grenier de la maison la tête du géant le grand Jacques, Masure 14 a souhaité mettre à l’honneur ces monstres d’osier. La maison a donc organisé un stage durant les vacances de Pâques afin de commencer l’aventure. Les restrictions sanitaires l’ont malheureusement poussé à refuser une quinzaine de candidatures.

Cet engouement prouve néanmoins l’intérêt des jeunes par rapport à la culture et au folklore local. “On sous-estime la force du folklore chez nos jeunes. Il est essentiel de pouvoir transmettre notre culture. Le monde des géants est immense, il y a énormément de passionnés, on veut faire le lien entre tout ça”, déclare Johakim Chajia.

En effet, le stage a permis à petits et grands de rencontrer des passionnés, d’apprendre d’eux mais aussi de mieux connaître ce monde par le biais d’activités ludiques. “On a d’abord bricolé des géants sur des figurines, on est allé au musée d’archéologie de Tournai afin de mieux comprendre leur histoire. On a également pu rencontrer des professionnels du métier. Ces porteurs nous ont appris à les porter, danser…”, affirme Tristan Sadones, stagiaire au sein de la maison de jeunes. Ce stage a marqué le début d’une série d’ateliers et stages afin de perfectionner leur connaissance du milieu.

Masure 14 et ses apprentis porteurs de géants ont pour ambition de créer leur propre œuvre. En effet, ils aimeraient reproduire, sous forme d’un géant de 2,50 mètres, un arbalétrier auparavant présent sur le beffroi de Tournai. Ce projet ambitieux prouve que malgré tout, on peut encore rêver géant.

Les jeunes vont reproduire un arbalétrier, auparavant présent sur le beffroi de Tournai. © D.R.