Dernièrement, Jean et son ex-compagne, Manon se trouvaient au tribunal correctionnel afin de s'expliquer sur leur douloureuse histoire d'amour. L'homme est accusé d'avoir porté des coups à plusieurs reprises à l'égard de Manon, entraînant une incapacité de travail.

En 2018, les policiers ont reçu un appel de Manon expliquant que son compagnon était ivre et violent. A l'arrivée des policiers, ces derniers ont constaté que la jeune femme présentait des rougeurs sur le visage. Manon souhaitait ce jour-là, quitter Jean. Il a alors attrapé la victime par la gorge et lui a donné deux gifles. Après cette scène violente, le prévenu s'est muni d'un couteau et s'est lui-même infligé des blessures.

Après avoir demandé à plusieurs reprises de quitter le domicile, Manon a appris que Jean s'était rendu chez elle, en son absence, afin de récupérer des affaires. La jeune femme a par conséquent, intercepté le prévenu à la gare dans le but de récupérer ses clés. Dans un élan de colère, ce dernier a donné plusieurs gifles et a mordu Manon au pouce droit.

"Je reconnais avoir porté quelques coups et je m'en excuse. C'est pour une longue histoire, je ne souhaite pas parler de tout cela"
, déclare Jean devant la barre.

Une bagarre qui tourne mal

Malgré ces faits violents, l'histoire ne s'est pas arrêtée là. Un jour, des policiers ont vu plusieurs personnes se battre devant un magasin de Tournai. Jean s'y était rendu pour acheter des bouteilles d'alcool. Dans le magasin, le jeune homme a rencontré l'ex-compagne de Günther, un ami. Il a alors commencé à insulter la jeune femme, très vite, Manon et Günther se sont joints à la discussion et les choses se sont envenimées. En effet, une bagarre a éclaté entre les deux jeunes hommes et Manon.

"Je reconnais avoir porté des coups et des gifles durant cette altercation, j'étais juste intervenue pour les séparer
", précise Manon.

Devant la barre, Günther n'a pas hésité a donné ses propres explications. "Je n'ai pas porté de coups à Manon durant la bagarre. Je voulais juste avoir une discussion avec Jean car il avait insulté mon ex-compagne. Nous nous sommes poussés mutuellement et nous nous sommes retrouvés à terre".

Pour ces faits de violence, le représentant du ministère public requiert pour Jean, un an d'emprisonnement et trois mois pour Günther. Pour la jeune Manon, il requiert la suspension du prononcé.

Selon l'avocate de Manon, la violence faisait partie du quotidien de la jeune femme. "Nous constatons une certaine emprise. Aujourd'hui, elle est en reconstruction et le couple n'est plus ensemble depuis décembre 2020. Encore ce matin, Manon a reçu des messages d'insultes de la part du prévenu. Mais désormais, elle veut être libre. Je sollicite donc un dommage moral de 2.500 euros et une suspension du prononcé concertant les coups portés par Manon durant l'altercation". 

Le jugement sera prononcé le 15 avril.