Face à la décision du SPW Mobilité et Infrastructures de supprimer des bollards, bittes d'amarrage, le long du quai du Luchet d'Antoing suite aux nombreuses plaintes des riverains se plaignant de nuisances nocturnes des bateaux amarrés en attente de la traversée de la ville et de constats de dégradations sur les quais rénovés, les bateliers n'ont pas hésité à manifester leur colère à grands coups de corne de brume lors de leur passage au Luchet d'Antoing.

Une réunion de conciliation s'est dernièrement tenue afin de tenter d'apaiser les tensions. D'après Scaldistournai, chargé de la communication des travaux de modernisation de la traversée de l'Escaut, une solution test a été trouvée.

"En plus du mole sur lequel un bateau sait déjà s'amarrer en attente, des bollards seront maintenus face à la plaine militaire pour une seconde péniche, éloignée cette fois de l'habitat, assure Scaldistournai. Deux péniches pourront également stationner le soir, en attente de l'ouverture des ouvrages, en rive gauche, à l'arrière du Centre Terre et Pierre, et un cinquième bateau encore un peu plus en amont, à Chercq."

On apprend encore que des comptages ont été réalisés. "Les statistiques démontrent qu'un maximum de quatre bateaux se trouvent simultanément dans cette situation d'attente nocturne en amont de Tournai, les écluses et ponts n'étant manœuvrés qu'à partir de 6h en semaine."

Scaldistournai précise encore que le SPW compte désormais sur le civisme et le respect de chacun pour que cette mesure test puisse demeurer en vigueur dans le temps, à tout le moins jusqu'à la mise en service de nouveaux ducs-d'albe et passerelles, prévue en 2021 un peu en amont, en rive droite, à l'arrière de l'entreprise Technord. "Un autre marché de travaux, similaire et prévoyant deux emplacements supplémentaires, sera lancé en 2021 en rive gauche, à l'aval du pont de Vaulx, face aux fours à chaux."