Pierre Denays a construit sa victoire en fin de course pour devancer Thomas Loquet.

Pierre Denays a fait jouer ses talents de pistard samedi à Blicquy sur la gallo-romaine, manche de l’ACRHO. Celui qui avait déjà remporté l’épreuve en 2015 a fait parler la poudre dans les 1.500 derniers mètres pour distancer son rival du jour, Thomas Loquet.

Un beau succès pour le jeune homme qui avait dû stopper durant deux mois cet hiver. "Une IRM avait indiqué que je risquais de souffrir d’une fracture de fatigue au niveau du genou et j’ai donc dû m’arrêter de courir pendant deux mois. Je dois dire que les entraînements alternatifs comme l’aquajogging ne me motivaient pas plus que ça. J’ai repris il y a six semaines et je me suis vraiment bien entraîné, avec en plus de nombreuses séances de renforcement musculaire", souligne Pierre.

Ce dernier, toujours affilié à la Rusta à Tournai, fait désormais partie d’une équipe de coureurs dénommée Olympic running team. "Cette structure flandrienne est chapeautée par Tim Moriau et compte pas mal de bons athlètes, qui brillent notamment sur la CrossCup ", précise encore Pierre Denays.

En arrivant à Blicquy , Pierre voulait donc se situer. En voyant Thomas Loquet au départ, il n’était pas particulièrement confiant mais, heureusement pour lui, durant la course, ses jambes ont bien tourné. "Je me suis senti à l’aise durant toute l’épreuve. Je ne voulais pas à tout prix imprimer un rythme de folie et je suis resté longtemps avec Thomas. J’avais prévu d’attaquer à un endroit précis si nous étions encore à deux en fin de course et c’est ce que j’ai fait, en creusant un beau trou à la fin", assure le vainqueur. "À présent, en ce qui concerne la saison de cross, ce sera trop tard pour pouvoir y briller. J’ambitionne donc surtout le 5.000 m cet été. Je voudrais descendre sous les 14 minutes. Mon record, qui est aussi celui de la Rusta, est à 14.13. Donc, je vais devoir gagner 14 secondes pour parvenir à mes fins. Ça n’a l’air de rien mais ce sera difficile."