L’accident dramatique ayant coûté la vie à une jeune étudiante en décembre dernier devant l’Institut Saint-Luc de Ramegnies-Chin rappelle l’importance de la sécurisation des abords des écoles. "Régulièrement, je suis interpellé par des directions d’école, des parents, des citoyens par rapport à la sécurité à proximité des écoles, relève Paul-Olivier Delannois, le bourgmestre de Tournai. Bien évidemment, la sécurité des uns et des autres est l’une de mes principales préoccupations, mais malheureusement, il ne m’est pas possible de répondre à toutes ces demandes légitimes et d’assurer la présence d’un gardien de la paix devant chacune des écoles de l’entité vu le nombre important d’entre elles et l’étendue du territoire…"

Seuls 15 sites scolaires protégés sur les 70

À Tournai et dans ses villages, on recense en effet quelque 70 sites scolaires, pour la maternelle, le primaire et le secondaire. "Actuellement, nos gardiens de la paix sont présents devant une quinzaine d’écoles chaque jour, aux heures de rentrées et de sorties des classes, ajoute Valérie Paeleman, responsable de l’équipe des gardiens de la paix. La sélection des écoles bénéficiant de la présence d’un gardien de la paix est revue chaque année en fonction des caractéristiques de l’école et de sa population, de la dangerosité des abords, des aménagements déjà réalisés, etc. Toutes les écoles aimeraient pouvoir compter sur la présence d’un gardien de la paix, mais la Ville ne dispose pas des moyens humains et financiers nécessaires pour le faire!"

Des surveillants habilités à arrêter la circulation et à faire traverser

Afin d’assurer une sécurisation des abords des autres écoles et de la traversée des piétons, la Ville de Tournai a eu l’idée de former gratuitement des bénévoles. "Dans un cadre bien spécifique, et après une courte formation, toute personne de plus de 18 ans peut devenir “surveillant habilité”, ajoute Valérie Paeleman. Il peut s’agir de volontaires, d’enseignants, de parents, de personnes disposant de temps libre, etc. Sa fonction porte sur l’arrêt de la circulation routière pour veiller à la traversée des piétons en toute sécurité. Le surveillant habilité a ainsi le pouvoir d’arrêter la circulation pour permettre aux groupes d’écoliers de traverser. Il peut aussi interdire à ces mêmes groupes de traverser aussi longtemps que la circulation n’est pas à l’arrêt et/ou que les conditions de sécurité maximale ne sont pas remplies."

Si des personnes souhaitent donner un peu de leur temps pour veiller à la sécurité des abords des écoles, un ou plusieurs jours par semaine, elles peuvent se faire connaître auprès du Service de prévention citoyenne (069 84 07 30 – prevention.citoyenne@tournai.be)

Deux demi-journées de formation

Avant d’être habilitées par le bourgmestre, les personnes intéressées sont invitées à participer à une formation gratuite, et dispensée par les services de police. "Une demi-journée de théorie et une demi-journée de pratique, précise Valérie Paeleman. S’agissant de la partie théorique, l’attention est attirée avant tout sur la place du piéton et la traversée de la chaussée (règles et méthodes); le comportement des conducteurs vis-à-vis des piétons; la signalisation; les règles de prudence à prendre en compte; l’anticipation des comportements et aussi des erreurs que les usagers peuvent commettre; les conditions de circulation. Quant à la pratique, elle se veut en conditions réelles afin de permettre aux futurs surveillants habilités d’apprendre sur le terrain leur fonction, et notamment la manière adéquate d’agir lorsqu’ils donnent des indications aux conducteurs ou lorsqu’ils arrêtent le trafic mais aussi par rapport à la mise en pratique de l’enseignement théorique et tout particulièrement l’appréhension correcte de la circulation."

Avec un équipement réglementaire

Valérie Paeleman précise également qu’une fois la formation terminée, un équipement sera remis aux surveillants habilités. "L’identification constitue un facteur important de sécurité pour les surveillants eux-mêmes, pour les personnes dont ils assurent la surveillance et également pour les conducteurs qui s’approchent. Ils devront porter un brassard noir-jaune-rouge au nom de la ville de Tournai et un équipement réfléchissant. Ils seront aussi en possession d’un disque sur manche (signal routier C3) et d’un panneau lumineux pour pouvoir arrêter la circulation."