Le début du mois de janvier rime avec les soldes. Dans la plupart des commerces du pays, différentes réductions sont activées depuis le 3 janvier. Alors que cette période devrait être glorieuse pour les professionnels du secteur, le retour de ces premiers jours est loin d'être positif.

"C'est la toute première fois que je mets en place les soldes d'hiver au sein de ma boutique, je n'ai donc pas assez de recul", indique Camille Leroy, gérante du magasin les Pâquerettes, situé à la Place de Lille à Tournai. "Cependant, je peux dire que ces premiers jours sont relativement calmes par rapport aux semaines précédentes. Fort heureusement, j'ai eu une très bonne période durant les fêtes, j'ai donc peu de stocks à liquider". 

Au sein de la Cité des Géants, le bilan est le même. "Le début des soldes d'hiver est morose. Peu de clients empruntent les rues commerçantes", déclare la gérante de la boutique de prêt-à-porter Jolies Folies. Même avec des soldes allant de moins 30 à moins 50 %, les clients et les adeptes du shopping ne semblent donc pas franchir les portes des boutiques. 

L'impact du commerce en ligne

Pour de nombreux commerçants, il va de soi que le coronavirus mais également Internet ont des conséquences sur leur chiffre d'affaires. "En plus de la facilité et toutes les contraintes liées à la crise sanitaire, la population préfère largement commander en ligne. C'est beaucoup plus pratique et les clients ne doivent plus se rendre dans les magasins. Internet nous met donc des bâtons dans les roues", précise Camille Leroy. Pour la gérante de Jolies Folies, le commerce en ligne est également la cause de ce triste constat. "Avec Internet, des soldes ont lieu tout le long de l'année. Il est donc difficile de faire sa place". Cette commerçante est impatiente de voir le week-end se profiler pour apercevoir les clients ainsi que la fin du mois où les prix sont au plus bas.