La crise sanitaire a lourdement impacté l’aspect associatif très présent à Brunehaut.

Ce qui fait le charme et la particularité de la commune de Brunehaut, c’est incontestablement son tissu associatif. Malheureusement, ce dernier est contraint d’être mis entre parenthèses en raison de la crise sanitaire. Les gros événements tels que le So W’Happy festival, l’Artifoire ou encore la Fête du Parc ne pourront, par exemple, pas se tenir cette année. "C’est un des côtés les plus attristants et lourds de cette crise, regrette Pierre Wacquier. La force de Brunehaut, c’est sa cohésion sociale et le bien-être. Cela passe également par ce genre d’organisations, de festivités."

Le bourgmestre Pierre Wacquiern’est cependant pas inquiet pour l’avenir de ces différents événements. "Je sais que cela complique fortement le travail des nombreux bénévoles de notre commune mais je reste confiant. Je sais que rien n’est anéanti et que toutes ces festivités reviendront encore plus fortes. Le désir de reprendre est en tout cas très fort."

Il faut dire que le mayeur est bien placé pour affirmer cela. "L’impatience est énorme, je peux par exemple le constater avec la fanfare. C’est évidemment la même chose pour ce qui concerne les clubs sportifs… En tout cas, la commune sera là pour venir en aide logistique aux organisateurs comme nous l’avons toujours fait."

Les conseils avisés du président du CPAS

Quand on lui demande quelle décision a été la plus difficile à prendre depuis le début de la crise du Covid-19, Pierre Wacquier ne doit pas réfléchir longtemps.

"C’est sans conteste l’interdiction des rassemblements familiaux et des visites dans les homes. C’est clairement déchirant même si on sait que l’on prend cette mesure pour protéger les proches. Nous avons toujours agi en tenant compte des conseils avisés de notre professionnel de la santé, Marc Houzé, président de notre CPAS."

Le bourgmestre demande encore à ses habitants de tenir bon. "Il est clairement important de respecter au mieux les différentes mesures qui sont toujours en vigueur. Nous devons rester unis afin d’éradiquer ce virus. Quand la crise sera derrière nous, il conviendra alors de tirer les enseignements afin de mieux gérer une éventuelle situation similaire."

M. Del.