Décalé d’une semaine en raison du passage du Tour de France, le festival LaSemo est de retour, ce week-end, dans le cadre unique du domaine d’Arenberg. 

De quoi permettre aux Enghiennois de prolonger la fête - une semaine après celle du vélo - en assistant à un "cycle" d’une petite quarantaine de concerts étalés sur trois jours. Parmi les têtes d’affiche de cette édition 2019 programmée ces 12, 13 et 14 juillet dans le parc communal et désormais non fumeur, épinglons le poète et slameur Grand Corps Malade, les Négresses vertes ou encore Charlie Winston, qui se produiront en soirée, à 24 heures d’intervalle, sur la grande scène installée à l’arrière du château.

Bien d’autres groupes et chanteurs, dont Saule, mériteront le déplacement durant ces trois jours qui ne se limiteront pas à la musique, loin de là. Complètement à part dans le calendrier de la multitude de festivals organisés en Belgique durant la période estivale, LaSemo s’est forgé une identité propre en fidélisant un public de tous les âges autour d’un concept pluridisciplinaire souvent copié mais rarement égalé. En effet, si la musique reste prédominante, celle-ci partage la vedette avec les arts de la rue, la gastronomie, l’artisanat, le cinéma et bien d’autres univers (jeux, foire, bien-être, conférences, etc.), le tout dans une ambiance résolument familiale et conviviale. Cette année par exemple, Sang Hoon Degeimbre, le chef doublement étoilé du restaurant L’Air du temps, viendra donner à la librairie Papoterie une conférence intitulée "Du jardin à l’assiette ". Entre deux récitals, les festivaliers auront l’occasion de se ressourcer au cœur d’un espace de relaxation où ils pourront profiter d’un bon massage avant de se prélasser dans un hamac ou sur un transat. L’an dernier, ce festival aux multiples facettes avait battu un nouveau record d’affluence en drainant près de 30 000 visiteurs.

Toutes les informations, y compris pratiques, sont à consulter sur le site www.lasemo.be