Cette semaine, Michaël Debiere, spécialiste dans la désinsectisation, a été appelé pour intervenir à Orcq où un nid de frelons asiatiques se camouflait à la cime d'un arbre.  
 
"Il était compliqué d'accéder facilement au nid à cause de la hauteur. De plus, cela peut être très vicieux et dangereux, car lorsque l'arbre porte encore ses feuilles, le nid est presque indétectable et il est alors difficile de savoir s'il est encore actif. En fin de saison, la reine va quitter le nid et va se réfugier à plusieurs mètres, dans les écorces des arbres ou dans du feuillage pour se protéger de l'hiver. Au printemps, elle va se réactiver et faire un point d'accroche où elle décidera de créer son nid. Les frelons asiatiques sont dangereux car, si on observe le nid, ils vont directement attaquer contrairement aux frelons européens qui vont s'en prendre à nous seulement si on les dérange" déclare Michaël. 
 
Lorsque n'importe quel citoyen constate un nid, ce dernier ne doit pas agir n'importe comment et doit faire appel à un professionnel. 
 
"Il ne faut absolument rien tenter et le mieux est de contacter un professionnel. Il faut avoir une protection et des accessoires adaptés. Ici, nous avons d'abord taillé les branches à proximité du nid afin de vérifier s'il était encore actif. Si c'est le cas, nous allons travailler, à quelques mètres du nid avec des perches pour insérer un insecticide qui va neutraliser 95 % des insectes présents. Il faut idéalement intervenir le soir. En effet, la journée, la plupart des insectes sont hors du nid. Lorsqu'ils constateront que le nid a été détruit, ils vont alors multiplier des nids ailleurs".
 
Un nid impressionnant  
 
Pour Michaël, spécialiste, il est tout de même assez rare de rencontrer un nid aussi imposant.  
 
"Le nid de frelons asiatiques était complètement inactif. Il pouvait contenir entre 8 000 à 10 000 insectes et pesait environ 3 kilos. Nous pouvons constater également que le nid a été abîmé sûrement par des oiseaux qui sont venus se nourrir de larves. C'est la première fois que je vois un nid aussi impressionnant. Ce dernier s'est développé tout au long de la saison", conclut Michaël Debiere.