Paul-Olivier Delannois, président de la zone de secours de Wallonie picarde (Zswapi), a dernièrement envoyé un courrier au gouverneur de la province de Hainaut, Tommy Leclercq, ainsi qu'à Michel Lalande, préfet du Nord, et Jacques Houssin, président du Service Départemental d'Incendie et de Secours du Nord (Sdis59) concernant la signature du protocole local de collaboration entre les services franco-belges.

Le président de la Zswapi rappelle ainsi que, le 18 juillet 2019, les ministres de l'Intérieur français et belge ont signé un arrangement administratif relatif à l'assistance et aux secours en zone frontalière. Via son article 8, cet arrangement prévoit ainsi que "pour la mise en œuvre des dispositions du présent arrangement, les préfets des départements et des zones de défense et de sécurité limitrophes et les présidents de conseil d'administration des services départementaux d'incendie et de secours peuvent conclure des protocoles locaux d'exécution avec les présidents de zones de secours, en ce qui concerne les risques courants ou récurrents, ou les gouverneurs de province belges limitrophes, en ce qui concerne les risques particuliers ou ponctuels".

En ce sens, un protocole local concernant la collaboration entre le Sdis59 et la Zswapi devait être signé le 16 octobre dernier. Malheureusement, suite à la crise sanitaire, ce rendez-vous n'a pas pu se tenir.

"Ces dernières semaines, des événements importants se sont produits sur la zone frontière et ont nécessité ou auraient pu nécessiter une collaboration, relève Paul-Olivier Delannois. L'absence de ce protocole local nous place tous dans une position d'inconfort soit d'un point de vue légal, soit d'un point de vue moral."

L'auteur du courrier fait ainsi référence à l'incendie important qui s'est déclaré sur le site de la société Gallo entre Menin et Halluin le 28 mars dernier mais également à celui qui s'était déclaré le 3 avril dernier au sein de l'entreprise Maxi Palettes à la frontière de Comines. à chaque fois, la zone de secours de Wallonie picarde a été appelée en renfort. "C'est la localisation sur la bande frontière des entreprises et l'importance de l'incendie qui ont amené les services de secours français et belges à collaborer."

Par ailleurs, le 13 décembre dernier, un incendie a ravagé deux maisons de la place Floris Mulliez dans le quartier du Mont-à-Leux à Mouscron. Lors de cet incendie, les renforts des pompiers de Mouscron sont venus de Tournai. Le poste d'Estaimpuis situé à 11 km du lieu d'intervention était indisponible à ce moment-là. "La caserne de Tournai est située à 28 km du lieu d'intervention alors que la caserne de Tourcoing se trouve à 3 km. L'absence de protocole local ne nous a pas permis d'appeler le Sdis du Nord alors que le bon sens démontre qu'il aurait été plus logique que ce soit les pompiers du centre de secours de Tourcoing qui viennent en renfort au lieu des pompiers de Tournai."

Face à ces différentes situations, Paul-Olivier Delannois demande à ses interlocuteurs d'organiser la signature du protocole locale de manière virtuelle afin de permettre l'opérationnalisation de l'arrangement administratif.

"À juste titre, je suis de plus en plus interpellé par des citoyens ou des collègues bourgmestres qui me demandent où en est la signature du protocole. Il me semble donc que nous ne pouvons plus attendre."