Tournai-Ath-Mouscron

En marge de l’ordre du jour du conseil communal, les mandataires de la cité d’Arenberg ont abordé, jeudi soir, la question problématique des éoliennes pressenties à Herne. À l’unanimité, majorité et opposition désapprouvent ce méga projet éolien jugé démesuré. Ils ont voté une motion contre ce projet.

"La taille des trois machines qui seraient érigées à cet endroit est beaucoup trop grande (200 m de hauteur) et la distance avec les premières maisons bien trop courte (350 m)", considère le bourgmestre Olivier Saint-Amand (Ecolo). Le maïeur enghiennois n’est pas le seul à s’être réjoui du consensus politique dégagé autour de la table.

Dans la salle des mariages de l’hôtel de ville, la satisfaction était également perceptible parmi la délégation de riverains susceptibles d’être impactés de part et d’autre de la frontière linguistique. Les opposants savent désormais qu’ils pourront compter sur le soutien des élus locaux dans leur combat contre ce projet initié par Eoly, la filiale verte du groupe Colruyt.

Alors qu’une première réunion d’information se déroulera lundi soir, à Herne, en présence de l’investisseur, la mobilisation citoyenne n’a pas tardé à s’organiser sur les réseaux sociaux. Sous l’impulsion du comité Vents de changement, une pétition est désormais en ligne et à déjà recueilli près de 200 signatures en moins de 48h.

"Environ deux tiers des ménages habitant sur Enghien et Marcq se trouvent à moins de 1000m de la zone où ces monstrueuses éoliennes sortiraient de terre", insistent les protestataires, bien décidés à ne pas se laisser faire. "Nous ne voulons pas vivre ces vingt prochaines années avec un bruit de lave-linge au-dessus de nos têtes !"

Outre les nuisances sonores, les riverains n’entendent pas subir une pollution visuelle qui s’étendrait jusqu’au parc communal et en affecterait les attraits paysagers. Pour les Enghiennois, le seul point positif est qu’une des éoliennes serait exploitée par une coopérative citoyenne au sein de laquelle ils pourraient devenir actionnaires.

Le conseil communal réaffirme, par contre, son soutien à l’ancien projet éolien qui verrait le jour le long de l’autoroute A8, entre Marcq et Bassilly, sur le site du Moulin Duquesne identifié en son temps par la Région Wallonne.