Le DAB+, le grand successeur de la FM permet d'avoir une meilleure écoute et donne la possibilité d'avoir des informations complémentaires sur les programmes en cours. Cinq radios locales ont donc décidé de créer leur propre opérateur, Hainaut Ouest DAB+.

"Les premiers contacts entre les cinq radios ont eu lieu fin novembre et puis tout s'est enchaîné. Nous nous entendons tous très bien, nous ne sommes pas concurrents mais complémentaires. Nous avons fait le choix de créer notre propre opérateur Hainaut Ouest DAB+. Cela fait maintenant plus d'un an que nous nous voyons afin de mettre cela en place", déclare Laurent Dubart, fondateur de Néo Radio à Frasnes.

Depuis ce jeudi, les cinq radios locales Libellule FM à Comines, Radio Belœil, Radio Néo à Frasnes, RLM et enfin Radio Qui Chifel à Mouscron peuvent donc émettre en DAB+. L'opérateur HO DAB+ est d'ailleurs, le premier MUX local (la diffusion par multiplex) à émettre en Belgique, un événement donc historique. Actuellement, trois émetteurs sont prévus. Le premier en haut du Mont-Saint-Aubert, l'autre au sein de Radio Libellule à Comines et le troisième, dans les locaux de Radio Belœil. Cela permet de couvrir 5 millions d'auditeurs potentiels au lieu de 150.000.

Un subside de la FWB

L'ASBL Hainaut Ouest DAB+ a reçu un subside de 85.000 euros de la part de la Fédération Wallonie-Bruxelles, uniquement accordé pour l'achat de matériel. Le reste des frais est à la charge des radios. "Le subside a été versé en décembre. Toutes les radios locales demandent un subside en plus car, tous les autres frais, nous devons les payer. Nous lançons donc un appel au gouvernement afin que nous bénéficiions d'une aide supplémentaire", précise Laurent Dubart

Pour Xavier Jacques-Jourion, responsable de l'unité radio au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), cet événement est historique et en ce qui concerne l'avenir de la FM, le responsable n'a pas de réponse à ce sujet. "C'est la première fois que des radios indépendantes se réunissent pour mettre en place un projet comme celui-là. Pour l'avenir de la FM, je n'ai pas de réponse pour le moment. Nous pouvons supposer que peut-être un jour, le gouvernement envisagera de complètement arrêter la FM. Cela dépendra de l'équipement technologique de la population", conclut le responsable CSA.