Les listes électorales pour le scrutin communal ont été officiellement déposées il y a près de deux semaines. Le gouvernement wallon a collecté les données de l’ensemble des personnes se présentant aux élections.1.980 candidats sont répartis sur les 105 listes inscrites au sein des 23 communes de Wallonie picarde. C’est 13 listes et 79 candidats supplémentaires par rapport aux communales de 2012.

© IPM

Sur les listes, on retrouve un relatif équilibre entre candidats et candidates, conformément au code de la démocratie locale. Dès lors, l’écart entre le nombre de candidats d’un même sexe ne peut être supérieur à un.La liste doit, elle, obligatoirement respecter l’alternance des genres dans l’ordre de présentation des aspirants, à l’exception de la dernière place sur les listes composées d’un nombre impair de candidats. Avec 51,5 % d’hommes, contre 48,5 % de femmes candidats, la Wapi se situe dans la moyenne de l’ensemble de la Wallonie. Le nombre de candidates ne dépasse celui des hommes dans aucune commune.

Cependant, certaines font mieux que d’autres. Bernissart, Rumes et Tournai font ainsi figure de bons élèves, avec une mixité parfaite entre l’ensemble de leurs candidats. Cela relève davantage du hasard, mais ça a le mérite d’être souligné, comme dans le cas tournaisien, où 178 candidats se font face, sur huit listes différentes.

À ce petit jeu-là, Celles se voit remettre le bonnet d’âne. Sur les trois listes en campagne, on retrouve 54,3 % d’hommes contre 45,7 % de femmes, soit la différence de pourcentage

la plus élevée en Wallonie picarde. Il faut cependant tenir compte du faible nombre de candidats pour l’entité : 35, dont 19 hommes et 16 femmes.

Un autre élément faisant pencher la balance du côté des hommes est lié aux listes ne comportant qu’un seul candidat. Il y en a six inscrites en Wallonie picarde, chacune tirée par un homme, qui vient logiquement s’ajouter au contingent masculin de notre région

.La règle de la tirette a mis sur pied l’alternance des genres dans l’élaboration des listes. Mais les partis conservent le loisir de désigner qui mène la danse. Dans 80 % des cas, c’est un homme qui se retrouve en tête des listes en Wallonie picarde. 84 des 105 listes sont tirées par des hommes, contre 21 par une femme. La région se place légèrement au-dessus de la moyenne de la Wallonie. Huit communes en Wapi ne proposent donc aucune liste tirée par une femme. Dans les quinze autres, il en existe au moins une. La palme revient une nouvelle fois à Tournai, où quatre des huit places numéro 1 sont occupées par des femmes. À Rumes aussi, la balance est en équilibre, mais seules deux listes sont présentées.