Il ne manquait que la victoire au Spirou face à Ostende

Les Carolos ont regardé les Ostendais droit dans les yeux pendant quarante minutes.

Il ne manquait que la victoire au Spirou face à Ostende
©BELGA

Ne pas avoir peur de regarder Ostende droit dans les yeux. Voilà ce qu’Axel Hervelle, le GM du Spirou, attendait de ses joueurs à l’occasion du Clasico. Et le message a visiblement été parfaitement reçu par les joueurs de Sam Rotsaert, qui n’ont, à aucun moment, baissé le regard face au champion en titre.

Mieux même, cette Next Gen a montré qu’elle en avait dans le pantalon, à l’image d’un Moussa Noterman, en constante évolution, qui n’a jamais reculé face à Pierre-Antoine Gillet, plus gros danger ostendais vendredi soir. Et contrairement au match face à Mons, où les Carolos n’avaient tenu "que" 20 minutes, cette fois-ci, les Sambriens ont tenu le choc pendant 40 minutes. Encore à égalité à 30 secondes du buzzer final (71-71), Jito Kok ne convertissait qu’un seul de ses deux lancers, contrairement à Mikael Jantunen, qui, lui, ne flanchait pas sur la ligne à une seconde de la fin (72-73).

Finalement, ce sont donc bien les Ostendais qui repartent avec la victoire, mais les Carolos n’ont certainement pas à rougir de leur prestation. Rarement Ostende n’avait été mis autant en difficulté depuis le début de la saison et pas question de parler d’une équipe bis car Servaas Buysschaert était le seul joueur absent chez les Côtiers.

Pendant 40 minutes, le Spirou a joué un match très juste et n’a jamais baissé les bras, même quand le champion en titre appuyait sur l’accélérateur au retour des vestiaires pour reprendre les commandes de la rencontre (46-49). Emmenés par l’excellente défense de Noé Botuli, les joueurs de Sam Rotsaert restaient fidèles à leur ADN : mettre beaucoup d’envie et de bonne volonté. Et au décompte final Charleroi n’est pas passé loin de l’exploit. Encore devant à 71-65, Tim Lambrecht puis Sergio Llorente (qui a d’ailleurs prolongé son séjour au Dôme pour un mois) loupaient quelques paniers "faciles" dans la raquette.

Ce genre de petite "erreur" qui fait mal et qui fait toute la différence en fin de match. Mais Charleroi peut être fier de sa prestation face à cette équipe ostendaise qui n’a d’ailleurs toujours pas perdu cette saison. Il ne manquait finalement que la victoire pour que cette soirée soit parfaite car même les supporters ont répondu présent pour cette rencontre qui a tenu toutes ses promesses.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be