Play-offs NBA: Miami arrache un match 7 contre Boston, Butler héroïque

Le Heat, dos au mur mais le mors au dent, à l'image de Jimmy Butler, exceptionnel, s'est imposé chez les Celtics (111-103), vendredi, pour pousser les deux équipes à un septième match décisif dans leur finale de conférence Est des play-offs NBA.

Play-offs NBA: Miami arrache un match 7 contre Boston, Butler héroïque
©AP

Il ne fallait pas enterrer Miami trop vite. Ce que la défaite concédée deux jours plus tôt sur son parquet, en affichant de grosses carences en attaque, laissait pourtant augurer. Au point que l'ailier de Golden State Draymond Green assurait jeudi soir après la qualification assurée en finale, aux dépens de Dallas (4-1) que ses Warriors y affronteraient Boston dès le 2 juin.

Rien n'indique encore qu'il a tort, puisque l'épilogue de cette série aura lieu dimanche et qu'il connaîtra alors son adversaire. Mais le scénario est tellement imprévisible depuis le début de cette confrontation au sommet, que même l'avantage du parquet en faveur des Floridiens n'est pas une garantie de succès.

Pourtant poussés par leurs fans, les C's en ont fait l'amère expérience en leur TD Garden, sur ce sixième match joué et mené quasiment de but en bout, avec l'énergie du désespoir, par le Heat.

Ombre de lui-même 48 heures plus tôt, visiblement diminué par son inflammation chronique d'un genou, Butler a réagi en champion. Auteur de 47 points (son meilleur total dans un match de play-offs, 16/29 aux tirs, 9 rbds, 8 passes, 4 interceptions) en 46 minutes, soit quasiment l'intégralité de la rencontre, il a guidé les siens sur la voie du succès.

Et il les a portés à bout de bras quand la victoire semblait devoir leur échapper à force de coups de boutoirs de Boston en fin de match, dans le sillage de Jayson Tatum (30 pts, à 9/12, 9 rbds, 4 passes, 2 interceptions, 1 contre) qui voulait vraiment en finir, mais sans y parvenir.

Le réveil de Lowry

Parce que suivant l'exemple de son leader, toute l'équipe du Heat s'est battue pour la gagne. Auteur d'un zéro pointé au scoring lors du précédent match, Kyle Lowry a aussi répondu de la meilleure des façons (18 pts, 10 passes).

Tout comme Mike Strus, qui restait sur un 0/14 derrière l'arc dans cette finale de conférence, et qui a débloqué son compteur (3/8) pour 13 points très utiles. A fortiori en l'absence persistante de Tyler Herro (aine) et alors que Bam Adebayo était une nouvelle fois peu utilisé (6 pts à 3/6, 9 rbds).

PJ Tucker (11 pts, 5 rbds, 2 interceptions) a été décisif dans les dernières minutes, en redonnant de l'oxygène au Heat (105-99) avec trois lancers francs obtenus en interceptant un ballon dans les mains de Tatum, alors qu'il risquait l'exclusion avec cinq fautes à son passif, puis sur un rebond défensif crucial.

Boston, qui a compté 13 longueurs de retard au troisième quart-temps, s'est encore rapproché (105-101) dans la dernière minute. Moment auquel Butler, encore lui, a planté au buzzer des 24 secondes le tir qui a fini d'écoeurer ses adversaires.

Qu'a-t-il manqué aux Celtics ? Probablement une seconde période plus consistante de Jaylen Brown, auteur seulement de 2 points après avoir pourtant été efficace dans le premier acte (18). Al Horford a aussi péché offensivement (3 pts, 9 rbds, 5 passes) malgré sa débauche d'énergie.

Derrick White (22 pts, 5 passe,s 3 interceptions) a longtemps cru être le joueur pouvant faire la différence en sortie de banc, mais avec Tatum et Robert Williams (12 pts, 5/7), il a été le seul à shooter correctement côté Boston.

Car le Heat a aussi fait un gros travail de sape en défense, conjuguant là ses vertus habituelles avec une réussite retrouvée en attaque qu'il devra conserver dimanche, pour renouer avec la finale deux ans après sa défaite dans la bulle d'Orlando contre les Lakers.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be