Ismaël Bako (Villeurbanne) d'un côté, Hans Vanwijn (Dijon) de l'autre: sans aucun doute, cette finale des playoffs en JeepELITE, le championnat français de basket, aura un accent très belge (une fois). Une apothéose pour une finale belgo-belge qui a également vu les deux Lions se mettre en évidence tout au long de la saison, à commencer par Ismaël Bako. En débarquant au sein du club de Tony Parker, 19 fois titrés en championnat de France, l'ancien pivot d'Anvers savait qu'il aurait besoin d'apprentissage. Mais le Louvaniste est un garçon intelligent. Il a su prendre le temps d'apprendre et de grandir auprès des meilleurs. Après une saison un peu dans l'ombre, Ismaël Bako a clairement franchi une nouvelle étape dans sa carrière devenant l'un des rouages essentiels de l'échiquier de TJ Parker, son coach, malgré des noms ronflants comme Moustapha Fall ou encore Guershon Yabusele devant lui dans le secteur intérieur de l'ASVEL. Et ce vendredi, à l'occasion de la demi-finale des playoffs, le pivot de 25 ans particulièrement brillé dans la victoire des Lyonnais face à Strasbourg (83-67). Jugez plutôt: 18 points (8/9 à 2 points et 2/3 aux lancers), 12 rebonds, 1 passe et 1 interception en 24 minutes pour finir meilleur marqueur de cette armada lyonnaise.

De son côté, Hans Vanwijn est sans conteste LA révélation dijonnaise de la saison. L'ailier fort belge a rapidement trouvé sa place dans cette équipe de Dijon qui a surpris de nombreux observateurs dans l'Hexagone. Fer de lance de la JDA, le Belgian Lion continue sur sa lancée, démontrant qu'il a bien fait le choix parfait pour l'évolution de sa carrière en choisissant le championnat de France. Ce que certains doutaient il y a encore quelques mois. Mais au fil des matchs, Hans Vanwijn a su trouver sa place et vendredi soir, il a une nouvelle fois sorti une prestation cinq étoiles face à Monaco (79-68), lui qui a d'ailleurs été élu MVP de cette demi-finale. Il faut dire qu'avec 16 points (6/10 à 2 points, 0/3 à 3 points et 4/4 aux lancers), 10 rebonds, 3 passes et 1 contre en 30 minutes, on peut avouer qu'il a fait son match. 

Ce samedi, à 13h35 précisément, Villeurbanne et Dijon s'affronteront donc pour le titre de champion de France sur un match unique. L'ASVEL décrochera-t-il un vingtième titre de champion? Ou Dijon sera-t-il sacré pour la première fois de son histoire? Une chose est sûre: un Belge soulèvera le trophée. Reste à savoir si ce sera Ismaël Bako ou Hans Vanwijn...