Basket

La décision aura été difficile à prendre mais elle vient de tomber alors qu’aux yeux mêmes de ceux qui le côtoient de près, le coach anversois apparaissait physiquement marqué par le dilemme – partir à l’étranger ou finir le job à Anvers - qui fut le sien durant ces dernières semaines.

S’il savait en effet pertinemment qu’une telle occasion ne se représentera peut-être plus jamais, Roel Moors est en effet viscéralement attaché à sa ville, à son club, mais aussi au bien-être et à l’équilibre d’une famille qu’il renaclait sans doute quelque peu à entraîner dans la vie errante d’un coach international.

Au final, Les Giants avait imposé ce lundi 17 juin comme date limite pour la réponse attendue. Le coach de l’année, tant en Champions League qu’en Euromillions League a donc tranché : Il quitte Anvers…mais ne précise pas encore ce que sera sa prochaine destination

Bien sûr cette décision implique tout un tas de conséquences pour le club anversois. Roger Roels n’avait cependant pas attendu pour prendre les devants et avancer sur quelques dossiers voire les finaliser.

C’est ainsi que l’on apprenait de bonne source dimanche soir que Dennis Donkor a resigné pour deux ans de plus chez les Giants. Si Ismaël Bako, Paris Lee et Ja’Sean Tate devraient quitter la Métropole, il apparait acquis que Hans Vanwijn, Victor Sanders, Tyler Kalinoski – toujours sous contrat - ainsi que Moses Kingsley devraient toujours évoluer à la Lotto Arena la saison prochaine. Il en irait de même pour Dave Dudzinski avec qui les pourparlers sont en bonne voie suite à la proposition faite par le club anversois.

La rumeur court également avec insistance qu’après avoir littéralement coupé les ailes des Giants en fin de Game 3 lors des récents Play-Offs, Vincent Kesteloot, Anversois pur jus, serait en discussion avancée en vue de revenir évoluer dans sa bonne ville.

Quand au successeur de Roel Moors à la tête des Giants, la décision n’aura pas trainé puisque c’est Christophe Beghin qui reprend le flambeau. Le Bruxellois se voit donc offrir par Roger Roels le même genre de chance, et de challenge, que Roel Moors voici trois ans.