Il est de ces rencontres qui rentrent instantanément dans les annales. Le succès de Liège sur Limburg après prolongation ce vendredi (87-85) en fait assurément partie. 

Non seulement parce qu’il permet aux Principautaires d’enfin déflorer leur compteur après douze défaites d’affilée depuis septembre dernier mais aussi grâce à son déroulement (2h30 d’un suspense ponctué d’une prolongation digne du maître Alfred Hitchcock), son contexte particulier (devant une salle copieusement garnie et enthousiaste malgré les déboires du club liégeois ces derniers mois) et enfin la qualité de l’adversaire (Limburg, deuxième du groupe B lors de la première phase de la compétition, battu alors qu’il manquait aux Liégeois deux joueurs importants : Kohajda et Baptista).

Pour sa première sortie au Country-Hall depuis l’obtention de son permis unique (grâce à l’aide précieuse de…Limburg qui l’a affilié avant de le prêter à Liège), Milos Bojovic a réenfilé sa tenue de gala et fait parler la poudre qui a fait de lui le top-scoreur des deux dernières saisons de l’Euromillions League : 31 pts/6 assists/ 2 rbds / 2 balles volées et 1 Blockshot en 38 minutes alors qu’il se dit lui-même en manque de rythme. Pas mal pour un gaillard de…38 ans, bien aidé il est vrai par Brieuc Lemaire et le jeune James Potier.

Si Sacha Massot était aussi rayonnant que soulagé (et mesuré dans ses propos), il faisait des cumulets dans sa tête et s’apprête à honorer avec le sourire sa promesse publique de se faire « la boule à zéro » en cas de premier succès.

Du côté limbourgeois, Brian Lynch d’une élégance rare dans la défaite (un vrai gentleman comme on n‘en fait plus) ne décolérait pas vis-à-vis de ses hommes: «Ce n’est pas notre maladresse crasse (3/31 au-delà des 6m75) qui me rend fou, c’est le manque total de respect affiché par mes joueurs pour notre adversaire mais aussi pour notre plan de jeu. Toute la semaine nous avons travaillé spécifiquement en mettant l’accent sur une manière de faire en défense et une autre en attaque. Pas cinq ! Une ! Et pas une fois en 45 minutes, je n’ai vu appliquer ce qui avait été demandé, c’est cela qui est extrêmement frustrant »

Pas besoin de chercher très loin les raisons de la convocation brutale de ses troupes ce samedi dès 7 heures du matin pour un entrainement supplémentaire qu’on imagine aisément pour le moins corsé.