Basket

Après leur stage au Japon, c’est à Saragosse, à l’occasion d’un tournoi international en Espagne avec la Russie, l’Italie et bien sûr la "Roja" que les Belgian Cats ont poursuivi leur préparation en vue de l’Euro 2019 qui démarrera dans moins de trois semaines. A cette occasion, elles ont récupéré trois absentes de marque.

Julie Allemand a rejoint le groupe après une dizaine de jours de repos bien mérités au terme d’une épuisante finale des PO français alors que Kim Mestdagh et Emma Meesseman ralliaient la capitale de l’Aragon en provenance directe de Washington après leur rencontre face à Chicago.
Pour autant, il n’était pas question de les aligner prématurément et de risquer des blessures d’autant plus embêtantes que les échéances approchent.

C’est donc sans leur trident offensif mais avec la présence rassurante d’Ann Wauters, encore épargnée au Japon, que les Cats ont affronté d’abord l’Italie et ensuite l’Espagne.

Si deux nouvelles défaites sont venues s’ajouter aux deux premières déjà concédées à de très solides Japonaises, Il y a pourtant beaucoup de positif à retirer de ces résultats, notamment de la courte défaite (73-61) encourue face à l’Espagne ce dimanche : "D’abord il faut bien comprendre que nous avons fait le choix délibéré de nous frotter à plus fort que nous au risque de multiplier les revers. L’Italie c’est très solide, le Japon, l’Espagne ou la Russie c’est le niveau que nous ambitionnons d’atteindre. Pour cela, pas de mystère: il faut les affronter encore et encore quitte à prendre des claques pour progresser. Il y a deux ans, au complet, on prenait 40 pts face à l’Espagne. Aujourd’hui, sans nos trois meilleures joueuses on fait jeu égal pendant trente minutes avant de plier", souligne le coach Mestdagh qui n’est donc pas inquiet de multiplier les défaites.

"C’est à Belgrade qu’il s’agira de gagner. Entretemps, c’est la manière qui m’intéresse ! Jouer sans nos meilleures armes nous permet de faire progresser les autres, de leur donner du vécu et de la confiance. Ce que je vois est très encourageant même si, bien sûr, il y a encore plein de détails à peaufiner", poursuit Philip Mestdagh qui, avec le retour de son trio, va réduire son groupe à 14 joueuses avant de passer à la phase suivante.

Dès vendredi en effet, les Belgian Cats retrouveront leur meilleur ennemi, l’Espagne, à l’occasion de la première journée du tournoi international organisé à Bruxelles au Palais du Midi. Suivront ensuite samedi puis dimanche le Canada et la Chine, deux Top 8 lors du dernier championnat du Monde de Tenerife. Autant dire qu’on rentre dans le vif du sujet : "Le résultat n’est toujours pas l’essentiel, mais il est important à partir de maintenant que les choses se mettent en place et qu’on produise du jeu", conclut le coach national.

Espagne 73 – Belgique 61

Espagne : Vilaro 14, NICHOLLS 4, Ouvina 0, Dominguez 8, PALAU 2, XARGAY 13, Rodriguez 9, Abalde 5, CRUZ 2, Pina 2, Gil 6, N’DOUR 8

Belgique : Ramette 0, DELAERE 11, Nawezhi 0, Carpréaux 8, Wauters 7, LINSKENS 5, H.MESTDAGH 0 , Geldof 2, Nauwelaers 5, VANLOO 5, RAMAN 18 Devos 0