Le Brussels remet les pendules à l’heure et vainc le signe indien dans une ambiance indescriptible.

Avant de parler du match et du spectacle offert par les deux équipes, il est bon de souligner l’incroyable ambiance qui régnait dans les tribunes de Neder qui a bien failli exploser ! Une véritable propagande pour le basket en général et pour Bruxelles en particulier.

Portés par leur public, les Bruxellois entraient sérieusement dans cette deuxième manche même si les protégés du coach Crevecoeur oubliaient encore quelques rebonds défensifs (9-4 et 17-16). Toujours aussi précieux en sortie de banc, Ubel faisait parler son expérience et sa science du placement pour s’emparer des shoots manqués par les joueurs de la capitale alors que Loubry, fidèle à son habitude, faisait encore monter la température en alimentant le marquoir (30-20 à la 13e).

En difficulté, les Okapis s’appuyaient sur leur colonne vertébrale (Kyan Anderson-Tofi) pour limiter la casse. Un temps intimidé par Tofi, Gamble attaquait enfin de face le pivot samoan dans un duel de titans sous l’anneau pour permettre au Brussels de virer en tête (38-27 et 41-36).

En confiance, Gamble dunkait dans tous les sens au retour des vestiaires et les Bruxellois repassaient au-dessus de la barre psychologique des dix points (48-38). Mais du haut de ses 35 balais, Hanavan prouvait qu’il avait encore de (très) beaux restes en plantant deux bombes (53-51).

En difficulté, le Brussels pouvait compter sur Sims pour alimenter la marque… mais aussi défendre (60-53) avant que le match ne soit interrompu (10 minutes) à cause d’un problème d’électricité, les marquoirs étant tombés en rade !

Une interruption qui ne calmait pas les ardeurs des joueurs qui se rendaient coup pour coup (66-60 et 70-67 à la 38e). Dans une tension incroyable, Gamble sortait son habit de superhéros et le Brussels s’en sortait de justesse (73-72). Le signe indien est vaincu !